"Je travaille tous les jours de 7 h du matin à minuit" : comment Hollande relativise les nombreux entretiens avec Davet et Lhomme

Publié à 19h38, le 18 octobre 2016 , Modifié à 19h38, le 18 octobre 2016

"Je travaille tous les jours de 7 h du matin à minuit" : comment Hollande relativise les nombreux entretiens avec Davet et Lhomme
© AFP

C’est l’un des sujets de mécontentementde la part de l’opposition mais aussi au PS : la fréquence importante des rencontres de François Hollande avec les journalistes.  A commencer par les deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, auxquels s’est confié le chef de l’Etat dans Un président ne devrait pas dire ça.

Devant ses proches, François Hollande a toutefois réfuté l’accusation de passer son temps avec les journalistes, selon le Canard Enchaîné daté du mercredi 19 octobre. Voilà ce qu’il a expliqué :

 

 

"

J’ai reçu Gérard Davet et Fabrice Lhomme une heure tous les deux mois. Quand on sait que je travaille tous les jours, week-ends compris, de 7 heures du matin à minuit, cela relativise les choses !

"

Mais François Hollande reconnaît tout de même que "plutôt que de les recevoir", il "aurait pu faire une heure de sport". Sans doute pas avec des footballeurs, à qui le chef de l’Etat conseille "la musculation du cerveau".  Sans doute pas non plus avec Nicolas Sarkozy, adepte du footing. Même si les deux compères auraient pu parler d’un rival commun : Alain Juppé.

 

[BONUS TRACK] Propos sur les juges : "Ah ! J’ai vraiment dit ça ?"

Outre les footballeurs, comme Zinedine Zidane, que François Hollande s’est mis à dosà la suite de ses entretiens avec les deux journalistes du Monde, le chef de l’Etat a aussi été critiqué par la justice.  Et pour cause. Le président de la République évoquait "la lâcheté" de la justice et de magistrats qui "se planquent" et "jouent les vertueux".

Des phrases choc qui ont entraîné un entretien en urgence du chef de l’Etat à l’Elysée avec les deux magistrats les plus gradés du pays, Bertrand Louvel et Jean-Claude Marin, le mercredi 12 octobre. Selon le Canard enchaîné, Jean-Jacques Urvoas a fait le récit de cette réunion devant ses collaborateurs. Visiblement le chef de l’Etat a joué la carte de l’amnésie partielle. Voici ce qu’a dit le chef de l’Etat :

 

 

"

Ah ! J’ai vraiment dit ça ? Je ne me souviens pas, mais ça me paraît improbable.  Mais bon, s’ils le disent… Mais ce n’est pas ce que je pense, pas du tout… La preuve, j’ai fait des choses bien pour la Justice, non ? Vous ne trouvez pas ?

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus