Jean-Christophe Lagarde en appelle au "courage" de Pécresse, Bertrand et Estrosi "pour bâtir une force politique"

Publié à 14h01, le 01 octobre 2017 , Modifié à 14h56, le 26 décembre 2017

Jean-Christophe Lagarde en appelle au "courage" de Pécresse, Bertrand et Estrosi "pour bâtir une force politique"
Jean-Christophe Lagarde. © AFP

Il y a du mouvement au centre-droit. Alors que Les Républicains s'apprêtent à élire Laurent Wauquiez à sa présidence, sauf surprise, les leaders de l'espace politique coincés entre LR et LREM pourraient tenter quelque chose.

Ainsi, ce dimanche 1er octobre, dans le JDD, Jean-Christophe Lagarde, patron de l'UDI, tend la main aux cadres de LR Macron-compatibles. Il en appelle au "courage" de Valérie Pécresse, de Xavier Bertrand et de Christian Estrosi :

 

S'ils en ont le courage, je suis prêt à travailler avec des gens comme Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou Christian Estrosi pour bâtir une force politique cohérente et constructive. Mais il y a désormais une frontière entre nous et ceux qui ont refusé de voter Macron contre Le Pen ! [...] Ce que je veux construire à partir de l'UDI, c'est une force politique qui ne sera plus jamais supplétive des Républicains. Cette page avec LR est tournée.

En somme, Jean-Christophe Lagarde rêve d'une "force politique" réunissant la gauche de la droite et le centre, avec une "frontière" pour bien se séparer de la droite extrême (comme Gérald Darmanin qualifie la ligne Wauquiez) . Une chose est sûre, Jean-Christophe Lagarde entend mettre sur pied une alliance libre "de toutes nos positions, que ce soit vis-à-vis du gouvernement ou de toute formation politique".

Mais le chemin est encore long. Quid du positionnement des LR par rapport à LREM, que Bruno Le Maire a déjà rejoint ? Quid des radicaux valoisiens, qui semblent plus enclin à retrouver leurs camarades du PRG pour refonder le plus vieux parti de France ? Quid des Constructifs qui, malgré leur statut officiel d'opposants ne s'opposent que rarement à la majorité ? Beaucoup d'autres questions, pas beaucoup de réponse.



[BONUS TRACK] François Bayrou répond présent

Cet appel à un large rassemblement de centre-droit de Jean-Christophe Lagarde n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Toujours ce dimanche, en clôture de l'université de rentrée du MoDem, le président du parti François Bayrou s'est dit "prêt à examiner toutes les possibilités de rassemblement" de son parti avec l'UDI, "du moment que l'indépendance devient le gage de l'unité".

Le MoDem, parti allié de LREM à l'Assemblée, fait partie de la majorité. Certes, Emmanuel Macron dispose d'une majorité sans lui, mais le symbole serait fort.

Du rab sur le Lab

PlusPlus