Jean-Christophe Lagarde qui invite Emmanuel Macron à rejoindre l'UDI, sujet le moins lu de la semaine

Publié à 16h14, le 27 septembre 2015 , Modifié à 16h14, le 27 septembre 2015

Jean-Christophe Lagarde qui invite Emmanuel Macron à rejoindre l'UDI, sujet le moins lu de la semaine
© AFP

#FLOPHEBDO - Vous pourriez faire du yoga dans les rues de certaines villes ensoleillées en ce 27 septembre. Mais, soyons honnête, vous n'avez qu'une envie : lire notre Flop Hebdo. Mais si vous savez, le classement de nos articles les moins lus de la semaine. Tout l'inverse de notre Top Hebdo quoi. 

Et cette semaine, c'est Jean-Christophe Lagarde qui se place sur la première marche du classement. Mais ce n'est pas tout...

#Lundi 21 septembre

Emmanuel Macron veut remettre en cause le statut des fonctionnaires ? Ni une, ni deux, Jean-Christophe Lagarde saute sur l'occasion pour l'inviter à rejoindre l'UDI. Une démarche qui sera reprise par Nicolas Sarkozy, sur un ton un peu moins sérieux.

[À LIRE ICI]

#Mardi 22 septembre

La politique c'est aussi de la communication. Surtout lorsque l'on est candidat à la primaire de droite de 2016. Proche d'Alain Juppé, Hervé Gaymard liste les manques du maire de Bordeaux, notamment l'absence d'élus parisiens pour squatter les plateaux de télévision.

[À LIRE ICI]

#Mercredi 23 septembre

La prudence. Voilà comment pourrait se résumer le programme d'Alain Juppé qui explique simplement que trop de réformes tue la réforme. Avant d'attaquer (involontairement) Nicolas Sarkozy.

[À LIRE ICI]

#Jeudi 24 septembre

Serge Dassault n'est pas des plus enthousiastes concernant la réforme territoriale. Pire, il déplore le manque de contacts au niveau local avant de juger, lapidaire : "Les métropoles, on en a rien à foutre".

[À LIRE ICI]

#Vendredi 25 septembre

Emmanuelle Cosse est à la tête d'Europe Écologie - Les Verts. Un parti qui semble plier sous la crise avec deux lignes politiques qui se déchirent. Cependant, elle n'a pas l'intention de céder et proclame ne pas vouloir choisir entre le hollandisme mou de Placé" et "la volonté de casser la gauche" de Duflot. L'autre "ni-ni" en somme.

[À LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus