Jean-François Copé est favorable à la PMA, cinq ans après s'y être largement opposé

Publié à 11h34, le 15 septembre 2017 , Modifié à 11h34, le 15 septembre 2017

Jean-François Copé est favorable à la PMA, cinq ans après s'y être largement opposé
Jean-François Copé © AFP

Ça lui a pris cinq ans mais Jean-François Copé a changé d'avis. Pour ceux qui partagent désormais son avis, c'est sans doute dommage qu'il le fasse maintenant qu'il n'a plus aucun rôle national. Mais c'est ainsi.

Invité ce vendredi 15 septembre sur franceinfo:, Jean-François Copé est interrogé sur la volonté du gouvernement d'étendre la PMA à toutes les femmes. "Je souhaite de tout cœur qu'on ne replonge pas dans le cauchemar que l'on a vécu il y a quelques années avec la loi sur le mariage pour tous", commence Jean-François Copé, que l'on avait aperçu à plusieurs reprises en tête de cortège lors des Manif pour tous, en 2012 et 2013. Il ajoute :

Il faut voir les choses suivantes : la PMA aujourd'hui, elle est organisée par la loi dans un contexte bien précis, fixé, qui concerne les couples hétérosexuels qui, pour des raisons médicales, se trouvent dans cette situation de ne pouvoir avoir d'enfants autrement. La question est de savoir si on l'étend pour des couples qui ne sont pas dans cette situation, pour des femmes qui ne sont pas dans cette situation. Moi je pense que sur ce sujet, il faut évoluer, et pour ma part, je ne m'y opposerai pas.

 

Jean-François Copé tient néanmoins à bien distinguer la PMA, à laquelle il n'est plus opposé à la GPA (gestation pour autrui), à laquelle il reste farouchement contre. "Le terme même montre bien que là, il s'agit de la marchandisation des corps dans ce qu'elle a de plus abjecte", dit-il. Il poursuit :

L'une des raisons pour laquelle je vous donne mon avis favorable c'est que je pense qu'il faut sortir de l'hypocrisie qui veut que ces pratiques, dans nos sociétés, existent mais au lieu qu'elles se fassent en France, elles se font à l'étranger, dans des conditions qui ne sont pas encadrées.

 

Jean-François Copé a donc changé. EN 2012, lors du débat sur le mariage pour tous, celui qui était alors président de l'UMP appelait à manifester contre mariage entre personnes de même sexe, l'adoption et la PMA pour les couples homosexuels. Et à l'époque, le chantre de "la droite décomplexée" ne faisait pas dans le détail :

 

Au début, François Hollande parlait benoîtement de mariage pour tous, puis est venue la question de l'adoption, et maintenant voilà la PMA. La gauche donne le sentiment d'avoir un plan caché ce qui consiste en une remise en cause sans précédent du Code civil, de l'identité parentale, de la filiation et de l'altérité sexuelle. Les Français n'ont jamais donné un chèque en blanc à la majorité sur ces questions, (ils) ne peuvent pas ainsi être mis devant le fait accompli sans débat national. […] La PMA est une technique médicale qui répond au problème de l'infertilité des couples. Dans le cas d'un couple de femmes, nous passerions d'une situation où la science lutte contre l'infertilité à une situation où elle est sommée de répondre à un désir d'enfant.

Du coup, on est en droit de se poser cette question : Jean-François Copé, désormais exclusivement maire de Meaux, est-il devenu le chantre de la droite complexée ?

 

 

À LIRE SUR EUROPE1.fr

> Marche des fiertés : des milliers de personnes demandent "la PMA pour toutes"

> Le Comité consultatif national d’éthique va rendre son avis sur la PMA

Du rab sur le Lab

PlusPlus