Jean-Jacques Urvoas annonce qu'il va réclamer "beaucoup" d'argent pour son ministère : "Ma prétention est extrême"

Publié à 08h56, le 31 mars 2016 , Modifié à 08h56, le 31 mars 2016

Jean-Jacques Urvoas annonce qu'il va réclamer "beaucoup" d'argent pour son ministère : "Ma prétention est extrême"
Jean-Jacques Urvoas © PATRICK KOVARIK / AFP

Le manque de moyens de la Justice est un sujet récurrent. Mais rarement les juridictions françaises auront eu meilleur défenseur que Jean-Jacques Urvoas. Sur France Inter, ce 31 mars, l'actuel garde des Sceaux a entonné une complainte budgétaire. La Justice étant "sinistrée", il demande "beaucoup" d'argent pour pouvoir payer les dettes et boucler son budget. Il conclut par un vibrant :

 

"

Il faut qu'on m'aide.

"

Voici l'échange :

"

- Jean-Jacques Urvoas : Moi, j'ai une justice qui est sinistrée. Toutes les juridictions que je visite sont sinistrées.



- Léa Salamé : Combien vous allez obtenir ? Combien vous voulez ?



- Jean-Jacques Urvoas : Beaucoup.



- Léa Salamé : Ca veut dire quoi en chiffres ? Qu'est-ce que vous dîtes à M. Macron ? Combien vous lui demandez ?



- Jean-Jacques Urvoas : D'abord, c'est pas monsieur Macron, c'est monsieur Eckert et je le vois demain matin. Je lui ai dit d'abord que, avant la fin de l'année, il faut me donner de l'argent parce que j'ai des dettes. Je ne peux pas payer.



- Léa Salamé : Combien ?



- Jean-Jacques Urvoas : Je ne peux pas vous dire combien parce que ça veut dire que ma prétention est limitée. Or, ma prétention est extrême. J'ai des besoins extrêmes. Vous avez aujourd'hui des associations, des experts que la justice sollicite. On ne les paye pas. Je ne paye pas mes dettes à la Sécurité sociale. L'administration pénitentiaire ne paye pas ses cotisations. C'est quand même incroyable. La justice n'est pas solvable.



- Léa Salamé : Ca veut dire combien...?



- Jean-Jacques Urvoas : Non parce que j'en veux beaucoup. Il y a 4 millions de Français qui vont dans des palais de justice tous les ans, il faut qu'ils soient bien accueillis. Il faut que la justice fonctionne bien. Elle n'a pas les moyens aujourd'hui de bien fonctionner. La justice est sinistrée. Il faut qu'on m'aide.



- Léa Salamé : Le message est passé.

"

L'appel à l'aide a donc été lancé. Christian Eckert, secrétaire d'Etat chargé du Budget, est donc prévenu. L'échange promet d'être houleux.

Du rab sur le Lab

PlusPlus