Jean Lassalle accuse Emmanuel Macron de lui avoir piqué l'idée de la marche

Publié à 08h18, le 10 avril 2017 , Modifié à 08h18, le 10 avril 2017

Jean Lassalle accuse Emmanuel Macron de lui avoir piqué l'idée de la marche
Jean Lassalle © Capture d'écran France 2

Jean Lassalle en a un peu ras-le-bol. Candidat à la présidentielle, il ressent dans l'air un désir de changement. Parfait pour lui. Sauf que l'ancien du MoDem n'est pas le seul à vendre du renouveau cette année. Les dix autres candidats à l'Élysée, ou presque, le font également. Mais il y en a un, particulièrement, qui exaspère Jean Lassalle : Emmanuel Macron.

C'est simple : le candidat d'En Marche lui a pompé toutes ses idées. C'est que l'ancien centriste explique ce lundi 10 avril sur France 2 après que la journaliste Caroline Roux lui a fait part de la volonté de l'ancien ministre d'organiser des états généraux de la ruralité. "Une fois de plus, il me pique l'idée", s'indigne Jean Lassalle avant de citer un autre exemple, selon lui, de plagiat :

"

Macron n'arrête pas de me piquer toutes mes idées. Par exemple, c'est moi qui ai marché et c'est lui qui dit : 'En Marche !' Il est plus futé, il faut le reconnaître... Il parle maintenant de l'intelligence de la main. C'est moi qui l'ai inventé quand même. Et maintenant, il dit très exactement ce que je dis : il faut commencer d'entrée pour réunir l'ensemble des partenaires pour se mettre d'accord sur un certain nombre d'éléments.

 

"

En 2013, le député des Pyrénées-Atlantiques avait parcouru la France à pied, à raison de 30 à 40 kilomètres par jour. L'élu avait défini son geste comme "une action de combattant, de résistant". Il en avait profité pour recueillir sur son parcours les doléances – "Les cahiers de l’espoir" - d’une France en crise qu’il pensait à l'époque être "en période pré-révolutionnaire".

En 2016, la députée Isabelle Attard avait entamé une démarche similaire.

Quant à Emmanuel Macron, il a nommé son mouvement "En Marche !" pour aller à la rencontrer des Français notamment au travers de séances de porte-à-porte. Les membres du mouvement s'appellent eux-mêmes "les marcheurs". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus