Jean Lassalle veut rendre obligatoire l’apprentissage des arts martiaux à l’école

Publié à 11h59, le 19 août 2016 , Modifié à 12h03, le 19 août 2016

Jean Lassalle veut rendre obligatoire l’apprentissage des arts martiaux à l’école
© PATRICK KOVARIK / AFP

On a un peu tendance à l’oublier mais Jean Lassalle est toujours candidat à la présidentielle. Entre deux votes sur la motion de censure contre le gouvernement après les 49.3 sur la loi Travail, le prétendant à l’Élysée poursuit sa quête des parrainages et élabore un programme, tout en prenant la température du pays.

La première mission semble bien partie, selon lui, puisque l’ex du MoDem annonce en être déjà à près de 300 parrainages sur les 500 nécessaires pour concourir, rapporte le "Scan" du Figaro ce 19 août.

La deuxième étape n’avance pas trop mal non plus. Mais le projet présidentiel de Jean Lassalle réserve son lot de surprises. Aux côtés des propositions classiques ("reconstruire un État", défendre les communes, réapprendre aux jeunes à écrire correctement le Français en lançant un plan digne de Jules Ferry, défendre l'apprentissage), on trouve des idées plus insolites, comme l’apprentissage des arts martiaux à l’école :

"

Il faut obliger l'apprentissage des arts martiaux à l'école. Il y a la peur partout, ça pousse certains à se balader avec un couteau. Alors qu'avec les arts martiaux on développe le contrôle de soi et la défense pacifique.

"

Enfin, lorsqu’il prend la température du pays, Jean Lassalle se désole : "Il y a une telle haine chez les gens que je rencontre… À côté, Marine Le Pen c'est Bernadette Soubirous", lâche-t-il au Figaro.

Cet ancien soutien de François Bayrou a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle début mars, dix jours avant de quitter le MoDem. Sa démarche n’exclut pas le maire de Pau, qui peut le rejoindre "quand il en aura fini avec Juppé", offre-t-il. En cas de défaite du maire de Bordeaux à la primaire de la droite, François Bayrou "prendra ses responsabilités" (comprendre : il sera candidat à l’Élysée pour la quatrième fois consécutive). À moins qu’il ne rallie Jean Lassalle ?



[BONUS TRACK] Caliméro

Malgré le caractère atypique de sa candidature, le député qui marche, sans parti ni argent, se défend d’être un "candidat fantoche"... et regrette que sa démarche ne soit pas plus médiatisée. À l’en croire, Jean "Caliméro" Lassalle ne serait pourtant pas loin d’être une star qui distribue les signatures :

"

Je suis pourtant le seul politique à signer des autographes à Orly... Sans un centime ni en mettant la vie de quiconque en danger... Alors quand les sondeurs ne me testent pas parce que je suis un inconnu… Je mets toute mon énergie pour vous montrer que je ne suis pas un candidat fantoche. Ça me fait un bien fou de vous parler [au Figaro], aucun média national ne m'a appelé récemment.

"

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus