Jean-Luc Mélenchon ne s'imagine pas président de groupe à l’Assemblée parce que ses "responsabilités sont plus grandes"

Publié à 09h02, le 16 juin 2017 , Modifié à 09h13, le 16 juin 2017

Jean-Luc Mélenchon ne s'imagine pas président de groupe à l’Assemblée parce que ses "responsabilités sont plus grandes"
Jean-Luc Mélenchon. © AFP
Image Sébastien Tronche


Jean-Luc Mélenchon est fatigué, las, il n’en "peut plus". Après une interminable séquence électorale qui l’a vu postuler à l’Elysée avant d’être candidat à Marseille aux législatives, où il est en ballottage favorable avant le second tour de dimanche 18 juin, l’eurodéputé va maintenant se positionner pour la présidence d’un éventuel futur groupe parlementaire mêlant députés communistes et de La France insoumise.

Invité d’Europe 1 ce vendredi 16 juin, Jean-Luc Mélenchon a esquivé la question de savoir s’il serait candidat à la présidence de ce groupe parlementaire. Mais laisse entendre qu’il n’est pas franchement intéressé. "On aura beaucoup de responsabilités", dit-il, avant d’ajouter qu’une tache plus importante l’attend :

Mes responsabilités sont plus grandes, je dois doser l’effort que je fournis.

Surtout que, pense-t-il, la rentrée sociale sera chaude et qu’il y aura besoin de coordonner l’opposition parlementaire de gauche qu’il veut représenter avec l’opposition sociale qui se manifestera dans la rue :

Il s’agit aussi d’articuler le groupe avec la lutte sociale et avec le mouvement La France insoumise. C’est une tâche énorme qui est devant nous.

Mais, comme l'a développé Marianne, à l'Assemblée, s'il est élu dimanche, Jean-Luc Mélenchon sera dépendant des communistes, qu'il a souvent malmené pendant sa campagne. Et il pourrait ainsi devoir lâcher la présidence d'un éventuel groupe, non pas pour des tâches plus importantes, mais par réalisme politique, voire par obligation, face à ses futurs partenaires. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus