Jean-Luc Mélenchon s’en prend personnellement à deux journalistes du Monde qu’il accuse d’être influencés par la CIA

Publié à 16h39, le 15 novembre 2016 , Modifié à 16h41, le 15 novembre 2016

Jean-Luc Mélenchon s’en prend personnellement à deux journalistes du Monde qu’il accuse d’être influencés par la CIA
© AFP

Cela fait des années que Jean-Luc Mélenchon est en guerre ouverte avec Le Monde. Nouvel épisode lundi 14 novembre : sur son blog, le candidat à la présidentielle s’en prend personnellement à deux journalistes du quotidien du soir, Raphaëlle Besse Desmoulières et Paulo Paranagua.

Mécontent de la couverture par le journal de sa réunion de travail sur la sûreté/sécurité le 10 novembre, le leader de la France insoumise multiplie les attaques personnelles sur la journaliste, qu’il voit comme une habituée de la "pratique du pourrissement des personnes". Ce qui serait lié selon lui au fait qu’elle soit "rubricarde" :

Ainsi, les pauvres rubricards restent accrochés à leur sujet comme les moules à leur rocher, parfois de si longues années. On lit leur ennui. Leurs lignes sont souvent confites aux vieux pots des mêmes et invariables préjugés. Le manque d’intérêt (à la longue) pour le sujet s’ajoute à une paresse intellectuelle qui est au journalisme l’équivalent des libidos en berne. Les vieilles fiches mille fois resservies leur tombent des mains et les lignes qui s’en suivent nous tombent des yeux. En fait, le rubricard est souvent d’abord une victime de la relégation professionnelle. Ce sera donc la circonstance atténuante accordée à madame Besse-Desmoulières qui pourrit au même endroit depuis aussi longtemps que moi. Au cas présent, son compte rendu exprime le regard épuisé que l’intéressée porte sur le contenu de la réunion et sa lecture du livret programmatique est donc passée à côté de jolis morceaux. Oublions vite.

Jean-Luc Mélenchon poursuit sur la qualification de la CGT-police, un "syndicat ultra-minoritaire" sous la plume de Raphaëlle Besse Desmoulières. Selon lui, cette dénomination prouve qu’elle veut "complaire à des informateurs du Monde émargeant à la rubrique 'police' ou 'affaires' par lesquels arrivent les 'fuites' que déplore Le Monde, qui en vit pourtant". Il explicite :

Pour être plus clair : le décryptage de cette matinée vue du point de vue policier n’a pas été fait par l’auteur de l’article qui ne connait rien aux réseaux de la police et à ses luttes d’influence interne. Il a été fait par quelqu’un d’autre qui a ses propres engagements. La méthode policière du passage en revue de la biographie des gens présentée comme un casier judiciaire est tellement révélatrice !

Après Raphaëlle Besse Desmoulières, Jean-Luc Mélenchon s’attaque à Paulo Paranagua (qu’il rebaptise "Paolo Paranagua") et son "identité politique". Son passé, il le décrit comme "chef de la fraction rouge de la prétendue armée révolutionnaire du peuple en Argentine". Selon lui, son "activité publique intense dans les réseaux des putschistes et réactionnaires latinos et de leurs amis nord-américains" prouve son lien avec la CIA. Et influencerait sa consœur Raphaëlle Besse Desmoulières.

Cette série d’attaques est "inacceptable", a dénoncé Le Monde au lendemain de la publication de ce billet. Le directeur des rédactions Luc Bronner écrit :

Jean-Luc Mélenchon récidive dans l’insulte et la provocation. Le candidat à la présidentielle n’a pas apprécié un de nos articles où nous analysions ses propositions en matière de sécurité, comme nous le faisons pour tous les hommes et femmes politiques, surtout ceux et celles qui prétendent exercer un jour les fonctions de président de la République.

Il le déplore dans un post de blog publié lundi 14 novembre. C’est évidemment son droit. Mais l’ancien sénateur socialiste, ancien ministre délégué, aujourd’hui leader de La France insoumise, s’en prend dans ce texte à deux de nos journalistes, Raphaëlle Besse Desmoulières et Paulo Paranagua, dans des termes totalement inacceptables. Le Monde apporte son soutien sans réserve à ses journalistes, condamne avec la plus grande fermeté ces attaques outrancières et se réserve le droit d’attaquer en justice certaines accusations, à l’évidence diffamatoires, proférées par monsieur Mélenchon.





À LIRE SUR LE LAB :

Jean-Luc Mélenchon reproche au "Monde" de l'avoir présenté "dans les mêmes positions d'orateur" qu'Adolf Hitler

Jean-Luc Mélenchon accuse le journal Le Monde de faire le jeu du Front national

La colère de Jean-Luc Mélenchon contre le journal Le Monde, "grand journal de révérences"

Jean-Luc Mélenchon veut que ses militants "surveillent" et "filment" les journalistes du Monde et de Libération

Du rab sur le Lab

PlusPlus