Jean-Marie Le Guen considère que la mobilisation contre la loi Travail est un échec

Publié à 06h58, le 10 mars 2016 , Modifié à 08h47, le 10 mars 2016

Jean-Marie Le Guen considère que la mobilisation contre la loi Travail est un échec
© AFP

224.000 personnes selon la police, 500.000 selon les organisations étudiantes. La mobilisation du mercredi 9 mars contre le projet de loi El Khomri sur la réforme du code du travail a mobilisé dans de nombreuses villes de France. Mais rien d’écrasant. C’est sur ce point que veut insister le secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen.

Invité d’iTélé mercredi, ce proche du Premier ministre Manuel Valls a voulu minimiser l’opposition de la rue au projet de réforme du gouvernement. Tout en assurant qu’il ne voulait "pas porter de jugement" sur l’ampleur des manifestations étant donné qu’il ne veut pas "être un commentateur". Et pourtant, Jean-Marie Le Guen a lancé :

"

Elle existe (la mobilisation, ndlr), nous entendons, nous écoutons et en même temps, je ne pense pas que cela fait la démonstration du refus de ce projet de loi. (…) On a vu des mobilisations beaucoup plus fortes.

"

Ce n’était pourtant que la première journée d’activité sociale contre ce projet de loi porté par la ministre du Travail, Myriam El Khomri alors que la pétition contre ce texte continue de battre tous les records. De nombreuses autres journées de mobilisation vont également animer le mois de mars, mois de tous les dangers pour l’exécutif selon le député Pouria Amirshahi. Interrogée sur cette sortie de Jean-Marie Le Guen, ce jeudi sur France Info, Myriam El Khomri a expliqué ne pas partager le point de vue de son collègue. "Nous ne sommes pas dans une bataille de chiffres, a-t-elle encore assuré. Il y a des critiques qui s'expriment, il faut les entendre".

Même son de cloche chez Najat Vallaud-Belkacem. Invitée de France 2, la ministre de l'Education nationale a annoncé que Manuel Valls allait "recevoir les organisations de jeunesse". Quant aux manifestations étudiantes et lycéennes, elle estime que "c'est une participation au débat".

François Hollande et Manuel Valls ont, eux, été beaucoup plus silencieux que leur secrétaire d’Etat. "Quand les jeunes sortent, il faut les écouter, quel que soit leur nombre", a tempéré le chef de l’Etat mercredi lors d’un dîner à l’Elysée avec les ténors de la majorité, rapporte ce jeudi 10 mars Le Parisien.

Alors que de nombreux élus socialistes étaient dans présents dans les cortèges pour manifester contre un gouvernement issu de leurs rangs, le député Yann Galut, hostile au projet de loi tel que présenté jusqu’ici, préférait mettre en garde l’exécutif sur la quantité des manifestations :

"

Quand la province bouge, c’est un signe.

"

[Edit 8h45] Ajout des déclarations de Myriam El Khomri et Najat Vallaud-Belkacem

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Pour le frondeur Pouria Amirshahi, le mois de mars "peut tourner au supplice chinois pour le gouvernement"

François Fillon veut que François Hollande soumette la réforme du code du travail à référendum

 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

Pourquoi ils ont manifesté contre la loi El Khomri

> Loi El Khomri : une réforme digne d'un feuilleton

Du rab sur le Lab

PlusPlus