Jean-Marie Le Pen juge Nicolas Sarkozy plus à droite que Marine Le Pen

Publié à 06h54, le 04 octobre 2016 , Modifié à 08h02, le 04 octobre 2016

Jean-Marie Le Pen juge Nicolas Sarkozy plus à droite que Marine Le Pen
Marine Le Pen, Jean-Marie Le Pen et Nicolas Sarkozy © Montage via AFP

Éric Zemmour n'en démord pas. Pour lui, Marine Le Pen est de gauche et l'a toujours été. Certes, cette analyse peut surprendre si l'on se place du côté du Parti socialiste ou du Front de gauche. Mais du point de vue de la droite extrême, cette analyse n'est pas sans fondement. Éric Zemmour n'est d'ailleurs pas le seul à penser ainsi. Jean-Marie Le Pen partage en partie cette analyse, du moins lorsqu'il s'agit de comparer le placement politique de sa progéniture par rapport à celui de certains de ses concurrents.

Interviewé par Le Parisien ce mardi 4 octobre, le patriarche Le Pen explique ne pas savoir s'il votera pour Marine Le Pen lors de la prochaine élection présidentielle, paradoxe d'un homme qui finance la campagne de sa fille mais ne partage plus toutes ses idées.

Le "Menhir" a un regard sur le paysage politique et note que Nicolas Sarkozy est "opportuniste". "Il voit bien les évolutions de l'opinion et les sondages qui favorisent Marine Le Pen et les idées du Front national. Alors il voudrait prendre sa part du gâteau", juge-t-il avant de considérer que, tout bien réfléchi, l'ancien président de la République est plus à droite que l'actuelle cheffe du FN. Il dit :

"

Il [Nicolas Sarkozy] occupe au fur et à mesure le terrain que Marine Le Pen évacue pour aller vers le centre. Lui, au contraire, quitte de plus en plus le centre pour aller vers la droite nationale populaire et sociale qui est en train de conquérir l'opinion sous la pression des événements. […] Ce n'est pas moi qui me sarkozyse, c'est lui qui se jean-marise !

 

"

Et évidemment, Jean-Marie Le Pen ne pense pas que ce soit en *recentrant* (selon ses codes à lui) son discours que Marine Le Pen pourra gagner l'Élysée. "Je pense qu'elle a tort de souhaiter apparaître plus centriste qu'elle ne l'est. Ça ne correspond pas à l'évolution de l'opinion", estime le patriarche Le Pen.

Si l'on ajoute à cela les disparitions successives du sigle du FN et du nom Le Pen des campagnes politique menées par la cheffe frontiste et vous comprendrez que Jean-Marie Le Pen hésite vraiment à voter Marine Le Pen en 2007. C'est du moins ce qu'il dit. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus