Jean-Michel Baylet affirme que "le pacte fondateur est rompu" entre le PRG et le PS

Publié à 08h56, le 05 juillet 2016 , Modifié à 09h07, le 05 juillet 2016

Jean-Michel Baylet affirme que "le pacte fondateur est rompu" entre le PRG et le PS
Jean-Michel Baylet décrivant avec précision à quel point il en a gros. © DOMINIQUE FAGET / AFP

À LA RECHERCHE DU RESPECT - Cela faisait un bail, mais revoilà l'un des gimmicks de ce quinquennat : Jean-Michel Baylet qui en a gros. Au fil de ses sujets de mécontentement, il avait pris l'habitude de menacer régulièrement, au nom de son parti le PRG, de quitter le gouvernement et puis en fait non. Le voilà lui-même ministre mais ça ne change rien, ou presque. Aujourd'hui, ce n'est plus la porte du gouvernement qu'il menace de claquer : c'est celle de "La Belle Alliance Populaire", et il a déjà franchi le pas.

La semaine dernière, le PRG a en effet "suspendu sa participation" à ce mouvement pro-Hollande lancé par Jean-Christophe Cambadélis, par lequel doit être organisé la primaire de la "gauche de gouvernement" pour 2017. Mais il y avait deux problèmes pour les Radicaux de gauche : "La BAP" se résumerait à un "satellite du PS" et "Camba" n'avait même pas pris la peine de consulter ses alliés avant d'annoncer l'organisation de la primaire. C'en était trop pour le PRG.

Dans Le Parisien mardi 5 juillet, Jean-Michel Baylet revient sur ce début de rupture. Le ministre de l'Aménagement du territoire, toujours à la manoeuvre dans son parti en attendant que Sylvia Pinel en prenne officiellement la direction, balance ce qu'il a sur le coeur, soulignant que c'est quand même un peu dommage pour le PS qui perd là l'un de ses tout derniers partis amis :

 

"

Nous sommes loin de l'esprit originel de la Belle Alliance. L'objectif était de lancer la base d'un large rassemblement dans la perspective de la présidentielle, qui aurait pu se transformer un jour en un grand Parti de gauche. Quelques mois après, où en est-on ? Le PS règne sur la Belle Alliance, à tel point que son premier secrétaire se permet d'annoncer qu'il y aura des primaires sans même en avoir informé les autres membres fondateurs ! Demandez à Jean-Christophe Cambadélis pourquoi il se conduit comme ça. Qu'est-ce qu'ils ont à gagner à traiter leurs alliés de la pire manière, alors qu'il ne reste pas forcément grand monde ?



[...] Au final, la Belle Alliance est devenue une structure à des années-lumière de ce que nous avions imaginé. Elle n'est qu'un outil dans les mains du PS pour régler ses problèmes internes. Nous n'avons plus rien à faire là-dedans.

"

Méprisé, courroucé, Baylet ajoute pour que tout cela soit bien clair :

 

"

Nous considérons que le pacte fondateur est rompu. [Sylvia Pinel] a demandé à rencontrer la direction du PS pour voir si on peut repartir sur des bases saines ou si, définitivement, ils considèrent que la Belle Alliance est un satellite du Parti socialiste. Mais ce n'est pas comme ça que nous allons arriver à gagner en 2017.

"

L'ambiance est donc presque aussi bonne entre le PS et le PRG qu'entre le gouvernement et les frondeurs. Autant dire que c'est bien parti, cette "belle alliance"... 

Du rab sur le Lab

PlusPlus