Jean-Vincent Placé explique son départ de EELV : "je me suis cru à l’université d’été d’Attac sponsorisée par Mediapart"

Publié à 10h50, le 08 septembre 2015 , Modifié à 10h50, le 08 septembre 2015

Jean-Vincent Placé explique son départ de EELV : "je me suis cru à l’université d’été d’Attac sponsorisée par Mediapart"
© AFP / PHILIPPE HUGUEN

Julian Assange et Jérôme Kerviel, au cœur des débats des universités d’été d’Europe Ecologie – Les Verts à Lille ? Un scandale, s’emporte en substance le désormais ex-Vert Jean-Vincent Placé, qui s’apprête à lancer un nouveau mouvement écolo, l’UDE (l’Union démocrate écologiste, que ne rejoindra pas Robert Hue), lorsqu’il revient sur son départ fracassant de son parti.

Invité d’iTélé ce mardi 8 septembre, celui qui préside toujours le groupe écolo au Sénat a une nouvelle fois justifié ce qui l’avait poussé à quitter EELV. Outre le non-soutien à François Hollande et la ligne trop gauchiste pour lui, Jean-Vincent Placé est revenu sur cette goutte d’eau qui a fait déborder le vase de son agacement. C’était aux universités d’été des verts et il n’a pas supporté que Julian Assange et Jérôme Kerviel soient mis à l’honneur. Il dit :

"

De ce que j’ai vu d’EELV, notamment aux universités d’été à Lille, il y avait en vedette américaine si j’ose dire, Monsieur Assange. Le responsable, celui qui a mis en lumière WikiLeaks. J’ai beaucoup de respect et d’estime pour lui, mais... De la même manière, il y avait Jérôme Kerviel qui était mis en avant sur les questions liées à la banque. J’ai aussi du respect pour lui. Ce n’est pas une question de personne…

"

Ces tables rondes estivales des verts, reflet de leur ligne politique, Jean-Vincent Placé les garde en travers de la gorge. Au point qu’il n’a pas reconnu son parti, explique-t-il, ayant eu plutôt l’impression d’être "à l’université d’été d’Attac sponsorisée par Mediapart" :

"

A un moment, je me suis cru plutôt à l’université d’été d’Attac sponsorisée par Mediapart que à une université écologique. La question fondamentale de la vie quotidienne n’est pas suffisamment mise en lumière.

"

Le sénateur de l’Essonne fait ici référence à l’organisation altermondialiste, dont le nom signifie "Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne", qui entretient une certaine proximité avec le Front de gauche. Le tout accolé au site d’information en ligne fondé par Edwy Plenel, Mediapart, et notamment à l’origine des révélations sur le compte caché de Jérôme Cahuzac.

Quant à Julian Assange, il était la guest star de ce campus estival des écologistes. Le fondateur de Wikileaks, à qui François Hollande a refusé l’asile, était invité pour débattre, depuis l’ambassade d’Equateur à Londres où il est réfugié, sur les lanceurs d’alertes à l’invitation d’Eva Joly. Une présence ovationnée, comme le montre cette vidéo du JDD :


Du rab sur le Lab

PlusPlus