Jean-Yves Le Drian assure que le président Abdelaziz Bouteflika est apte "intellectuellement" à diriger l'Algérie

Publié à 10h10, le 08 décembre 2017 , Modifié à 10h29, le 08 décembre 2017

Jean-Yves Le Drian assure que le président Abdelaziz Bouteflika est apte "intellectuellement" à diriger l'Algérie
Emmanuel Macron et Abdelaziz Bouteflika © Dmitry Astakhov / APS / AFP

L'apparition fut brève. Lors de la visite d'Emmanuel Macron en Algérie, le 6 décembre, le président Abdelaziz Bouteflika n'est apparu que très brièvement. Les deux hommes se rencontrés pendant plus d'une heure mais, dans les médias, ce ne sont quelques secondes montées et répétées qui ont été diffusées, montrant une nouvelle fois un leader de 80 ans très diminué.

Pour autant, Abdelaziz Bouteflika est apte à diriger l'Algérie selon Jean-Yves Le Drian. "Il est le président de la République. Le président Macron l'a rencontré. Il a pu échanger longuement avec lui sur l'ensemble des questions de la relation bilatérale entre l'Algérie et la France mais aussi sur la situation du monde. C'était un échange qui était utile", a estimé ce vendredi 8 décembre le ministre des Affaires étrangères, invité de France inter.

Puis, Nicolas Demorand lui demandant une nouvelle fois si Abdelaziz Bouteflika comment il se porte physiquement et intellectuellement, Jean-Yves Le Drian a répondu :

Intellectuellement, il est parfaitement en forme.

 

Sous-entendu, physiquement, c'est bien plus compliqué, évidemment. "Il est plus fatigué mais bon, ça peut arriver à un certain âge", admet le ministre français.

Victime d'un AVC en 2013, le président algérien Abdelaziz Bouteflika semble désormais fortement diminué. Ses apparitions publiques sont réduites au strict minimum. Considérablement affaibli, le président algérien âgé de 80 ans envisagerait pourtant de briguer un cinquième mandat en 2019.

En 2016, Manuel Valls avait choqué certains en Algérie. En cause : la publication de cette photo de la rencontre entre Manuel Valls et Abdelaziz Bouteflika, sur le compte Twitter du Premier ministre français de l'époque :

De fait, le cliché venait rappeler les problèmes de santé du président algérien que l'on voyait ici hagard, le regard perdu et très affaibli. Et la députée algérienne Louisa Hanoune, ancienne candidate à la présidentielle algérienne face à Bouteflika, accusait le chef du gouvernement français d'avoir "délibérément" fait fuiter cette image, dans l'intention de nuire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus