Jugeant le programme de Benoît Hamon "dangereux", Bertrand Delanoë votera Emmanuel Macron à la présidentielle

Publié à 08h29, le 08 mars 2017 , Modifié à 09h29, le 08 mars 2017

Jugeant le programme de Benoît Hamon "dangereux", Bertrand Delanoë votera Emmanuel Macron à la présidentielle
Bertrand Delanoë. © AFP

Et voilà encore un socialiste qui se détache du candidat désigné par le primaire de la BAP, Benoît Hamon, pour soutenir Emmanuel Macron. "Delanoë prochain soutien de Macron ?" s’interrogeait Le Parisien mi-janvier alors que la rumeur bruissait de ce ralliement. C’est désormais effectif.

Ce mercredi 8 mars sur France Inter, l’ancien maire PS de Paris a bel et bien décidé de rejoindre le candidat de En Marche !, désormais favori des sondages pour l’élection présidentielle. Il explique son choix par la crainte de voir Marine Le Pen et le FN l’emporter :

J’ai le sentiment que la France court un danger majeur. Peut-être que dans deux mois l’idéologie de l’extrême droite dirigera la France. En tant qu’homme libre, il faut que nous nous posions la question de notre vote au premier tour pour éviter cette catastrophe. La candidate de l’extrême droite est beaucoup plus forte qu’on ne l’imagine. La crise de la droite n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie. La division de la gauche et le positionnement de Benoit Hamon à la gauche de la gauche et dans la difficulté à rassembler la gauche m’amène à penser, après avoir lu le programme d’Emmanuel Macron, qu’il faut donner le maximum de force au premier tour au candidat qui peut battre Marine Le Pen. D’autant que le programme d’Emmanuel Macron a révélé des choses progressistes. Le candidat qui se rapproche le plus de mes convictions, socialiste, réformiste, européen, c’est Emmanuel Macron.

Pourquoi n’a-t-il pas soutenu le candidat officiel de la rue de Solférino, Benoît Hamon ? "J’ai de l’amitié pour la personne de Benoît, il le sait", commence-t-il par répondre révélant qu'il a rencontré le candidat socialiste "à sa demande", avant de se faire plus cinglant :

Je pense que son programme est dangereux parce qu’il ne rassemble pas la gauche et parce qu’il est philosophiquement, dans le rapport au travail, à l’Europe, il n’est pas en mesure de produire du vrai progrès social. (...) L'avantage du programme d'Emmanuel Macron, c'est qu'il est sérieux et crédible sur le plan économique et rend possible des progrès sociaux.

Une prise de position qui contraste avec celle de sa successeure à la mairie de Paris. Mardi sur Europe 1, Anne Hidalgo a affirmé qu’Emmanuel Macron n'était "pas de gauche" mais plutôt "du centre, d'une droite libérale". "Regardez son programme, il est très proche de celui de François Fillon sur beaucoup d'aspects, notamment économiques et sociaux", a encore critiqué la première édile de la capitale. A contrario, le candidat du PS Benoît Hamon est, selon Anne Hidalgo, "le seul à porter une vision d'avenir"

Pour autant, Bertrand Delanoë ne compte pas quitter le PS. "Non (il ne compte pas quitter le PS), parce que ça fait 45 ans que j'appartiens au Parti socialiste, je suis fidèle au Parti socialiste", assure-t-il, même s'il ne votera pas pour le candidat officiel de la rue de Solférino. "J'ai conscience, dans ma prise de position, de préférer mon pays à mon parti", se justifie encore l'ancien édile parisien.

Pendant cette campagne, Emmanuel Macron ratisse large, ralliant à sa candidature d’anciens ministres de Jacques Chirac, des centristes de l’UDI ou du Modem comme François Bayrou, des anciens communistes comme Robert Hue et des socialistes de l’aile droite du PS. Large.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus