Julien Dray explique l'agression de NKM par "l'apparition des réseaux sociaux"

Publié à 10h45, le 16 juin 2017 , Modifié à 12h07, le 26 décembre 2017

Julien Dray explique l'agression de NKM par "l'apparition des réseaux sociaux"
Julien Dray. © Capture écran BFMTV

Jeudi 15 juin, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate LR, s'est fait agresser sur un marché alors qu'elle menait campagne. Un *passant* l'a traitée de "bobo de merde" avant de la faire tomber, NKM perdant alors connaissance. De nombreuses personnalités politiques lui apporteront leur soutien, de son rival LREM de la 2ème circonscription de Paris jusqu'au Premier ministre Edouard Philippe, venu la voir à l’hôpital.

Invité ce vendredi sur RMC/BFMTV, Julien Dray est revenu sur cet événement, tentant d'expliquer l'agression de la sorte :

L'apparition des réseaux sociaux, la liberté de toutes paroles, a créé des tensions très fortes. Au regard de ce que je lis sur les réseaux sociaux, la violence des propos, des menaces, des formules très dures, ça a forcément des conséquences.

Les réseaux sociaux donc. Sans eux, cet homme d'une cinquantaine d'années n'aurait pas insulté et violenté NKM avant de prendre la fuite ? Pas seulement. Le porte-parole du PS pour ces élections législatives, pour qui "les politiques sont ceux qui sont les plus exposés" à cette violence, continue :

Il y a tout un état d'esprit qui s'est installé dans le pays de non-respect de la fonction politique. Et l'autorité de la fonction politique, et notamment des députés, parce que c'est surtout les députés qui sont le plus visé, elle s'est énormément affaiblie puisque toutes les campagnes sur le thème "Ils font rien, c'est des fainéants, ils s'en mettent plein les poches, ils ont pleins de combines", ça finit par générer aussi ce type de comportement.

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Des élus de la droite parisienne (pas tous) appellent à se rassembler vendredi sur le lieu de l'agression de NKM "pour dire non à la violence"

Du rab sur le Lab

PlusPlus