Julien Dray souhaite que la droite se désigne un autre candidat même s'il faut "repousser" la présidentielle

Publié à 10h25, le 27 mars 2017 , Modifié à 11h10, le 27 mars 2017

Julien Dray souhaite que la droite se désigne un autre candidat même s'il faut "repousser" la présidentielle
© Capture d'écran images BFMTV

Le premier tour de la présidentielle arrive dans quatre semaines. Le débat sur un changement de candidat de la droite n’est pourtant pas totalement terminé. Du moins, certains responsables politiques tentent de le relancer même si l’échéance arrive rapidement.

Julien Dray a ainsi plaidé pour un retrait de François Fillon ce lundi 27 mars, entraînant la désignation par LR d’un autre candidat et repoussant ainsi la date du premier et second tour de la présidentielle, prévu le 23 avril et 7 mai. Voici ce qu’a déclaré le conseiller régional PS sur BFMTV et RMC :

 

 

Je pense que la campagne électorale, elle est prise en otage par le comportement de Monsieur Fillon. Peut-être qu’il n’a rien à se reprocher, peut-être qu’il justifiera tout mais l’expérience a montré que quand on est dans ces situations-là, il faut prendre un peu de recul. C’est injuste, c’est insupportable mais il faut prendre du recul. On ne peut pas prendre en otage sa famille politique et, pire, aujourd’hui son pays. L’éthique politique aurait voulu que monsieur Fillon dise : ‘Je suis innocent mais dans l’état actuel des choses, je ne suis pas en capacité de bien représenter ma famille politique donc je me retire et je permets à quelqu’un d’autre de mener la bataille politique’. Je pense qu’il est encore temps de le faire car dans ce cas-là droite pourra redésigner un candidat, on repoussera la date de l’élection présidentielle.

Relancé par Jean-Jacques Bourdin pour savoir si Julien Dray  demande à François Fillon "de se retirer", à la droite de "désigner un autre candidat" et de "repousser" ainsi la date de l’élection présidentielle, le proche de François Hollande a répondu : "S’il le faut". Il a précisé sa pensée : "Qu’on ait un vrai débat politique. Même les candidats eux-mêmes le disent : 'on n’arrive pas à parler'. Si vous avez un président qui est élu sur un malentendu, ça conduira forcément à des crises politiques après". 

Julien Dray, lui, soutient Benoît Hamon. Mais sans enthousiasme. "Je suis discipliné, je voterai Benoît Hamon, je l’ai dit, je suis responsable du Parti socialiste et le Parti socialiste c’est ma vie, une grande partie de ma vie", a-t-il déclaré.

 

[BONUS TRACK] Pourquoi il n’y a pas de cabinet noir selon Julien Dray

Sur France 2, jeudi 23 mars, François Fillon a attaqué l’exécutif, dénonçant un "scandale d’Etat" lors de l’Emission politique. Le candidat LR à la présidentielle a accusé François Hollande d’être à la tête d’un "cabinet noir" qui organiserait les fuites dans la presse sur ses affaires judiciaires. Impossible, selon Julien Dray. L’élu PS a expliqué pourquoi :

 

 

S’il y avait eu un cabinet noir, François Hollande aurait été candidat. S’il y avait eu un cabinet noir qui savait la tournure qu’allait prendre la campagne électorale, les difficultés qu’on allait soi-disant nous-même orchestrer, il aurait été candidat. Je connais François Hollande depuis maintenant un certain nombre d’années. S’il y a bien un homme qui ne s’occupe pas de ces choses-là, même des fois je vais vous faire une confidence ça m’a énervé à plusieurs reprises de discuter avec lui et de lui apprendre des choses.

Julien Dray est donc "formel : il n’y a pas de cabinet noir, il n’y a pas d’intervention". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus