Juste avant d'être candidat à la primaire, Vincent Peillon la flinguait allègrement

Publié à 16h08, le 12 décembre 2016 , Modifié à 16h10, le 12 décembre 2016

Juste avant d'être candidat à la primaire, Vincent Peillon la flinguait allègrement
Vincent Peillon © MARTIN BUREAU / AFP

C'EST TOUT POURRI... ATTENDEZ, JE PEUX EN ÊTRE ? - Il y a quelques semaines, voire quelques jours, Vincent Peillon semblait détester la primaire et lâchait quelques commentaires assez peu élogieux sur le principe même de cette compétition pré-présidentielle. Mais que voulez-vous, les choses ont vite changé pour lui, qui est officiellement candidat à la primaire de la BAP depuis dimanche 11 décembre. Le voilà donc partie prenante d'un "petit cirque" pour lequel il jugeait inutile de "s'embêter" il n'y a pas si longtemps.

Le premier commentaire de ce type était rapporté par Le Figaro jeudi 8 décembre. L'eurodéputé socialiste aurait ainsi dit à l'un de ses collègues de Strasbourg la semaine précédente :

 

Qu'est-ce que tu t'embêtes dans cette campagne ! Moi, je suis très heureux, j'écris des polars.

(Car oui, Vincent Peillon n'est pas seulement philosophe et eurodéputé à l'assiduité suspecte : il écrit aussi des thrillers d'espionnage.)

Le second scud qu'il a envoyé à la primaire est un poil plus ancien. Dans un échange daté d'octobre avec Marianne qui souhaitait l'interroger sur la primaire, il envoyait cette réponse catégorique, que l'hebdomadaire dévoile ce 12 décembre :

Je n’accorde aucune interview, considérant ce petit cirque (j’y ai participé 20 ans) comme absolument dirimant.

 

~ Point définition ~

Le sens de l'adjectif "dirimant" est le suivant, selon le Larousse : "Se dit des empêchements qui entraînent la nullité d'une union contractée malgré ces empêchements." Sens littéraire : "Se dit d'un empêchement radical, formel, absolu."

Le Centre national de ressources textuelles et lexicales ajoute que "dirimant" fait référence à un obstacle "dont la force contraignante ne laisse aucune possibilité de recours". Absolument hors de question donc, pour Vincent Peillon, de participer à cela. Moins de deux mois plus tard, il y est pourtant jusqu'au cou.

~ Fin du point définition ~

Au JT de France 2 dimanche soir, Vincent Peillon a assuré avoir pris la décision de se lancer seul et uniquement après avoir appris le retrait de François Hollande, qui ne briguera pas un second mandat. Ce qui justifierait qu'il soit sorti du bois si tard. Ou alors il n'en avait vraiment pas envie et s'est laissé convaincre par quelques amis convaincants...

Tout cela vient en tout cas s'ajouter à un autre propos qui revient un peu violemment au visage de Vincent Peillon. En avril, auprès de Libération, il assurait ainsi :

 

Je ne briguerai pas de nouveau mandat électif.

Ce qu'il est pourtant en train de faire. Bel exemple de constance entre les paroles publiques et privées.



À LIRE SUR LE LAB :

Incroyable mais vrai : Vincent Peillon est à la fois "le Fillon" et "le Copé" de la primaire de la BAP

Anne Hidalgo soutient officiellement Vincent Peillon

Du rab sur le Lab

PlusPlus