L'encouragement de Trierweiler, vu par Royal et Aubry : "un faux !"

Publié à 13h40, le 12 juin 2012 , Modifié à 16h19, le 12 juin 2012

L'encouragement de Trierweiler, vu par Royal et Aubry : "un faux !"
photo Reuters

REACTIONS - "Un faux", "une manipulation", un compte "piraté" : à La Rochelle, lorsque Martine Aubry et Ségolène Royal ont pris connaissance du soutien du dissident Falorni par la compagne de François Hollande, elles ont d'abord été incrédules, comme le raconte le journal Sud Ouest sur son site.

"La seule chose qui compte" est le soutien de Hollande à Royal, a ensuite affirmé Martine Aubry, après que l'authenticité du message leur a été certifié. Une explication face aux médias qui a d'abord commencé par un lapsus...

  1. Aubry : "Le président soutient Hollande...Heu"

    Sur bfmtv.com

    Le trouble règne à La Rochelle. 

    "Un faux", "une manipulation", un compte "piraté". Lorsque Martine Aubry et Ségolène Royal ont pris connaissance du soutien du dissident Falorni par la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, elles ont d'abord été incrédules, comme le raconte le journal Sud Ouest sur son site, mardi 12 juin. 

    Interrogée à nouveau sur ce sujet, après le déjeuner entre Martine Aubry, Ségolène Royal et Cécile Duflot, la première secrétaire du Parti socialiste a expliqué que "François Hollande soutient Ségolène Royal, c'est l'essentiel".

    Sauf que.

    Martine Aubry s'est quelque peu emmêlée les pinceaux lors de son explication face aux médias. Et a commis un petit lapsus :

    La seule chose qui m’importe à un moment où on rassemble les Français qui veulent le changement, c'est la position des hommes et des femmes politiques comme François Hollande.

    Le président de la République, aujourd’hui, soutient François Hollande... heu, François hollande, soutient Ségolène Royal, c’est l’essentiel.

    Rien de grave. Mais une preuve de plus du trouble induit par le tweet de Valérie Trierweiler au Parti socialiste ? 

Du rab sur le Lab

PlusPlus