La comparaison de Sarkozy entre les migrants et une fuite d'eau dégoûte à gauche

Publié à 09h18, le 19 juin 2015 , Modifié à 15h46, le 19 juin 2015

La comparaison de Sarkozy entre les migrants et une fuite d'eau dégoûte à gauche
Nicolas Sarkozy © ALAIN JOCARD / AFP

Nicolas Sarkozy a décidé de faire de ses rendez-vous avec les militants de Les Républicains un one-man-show hyper calibré où l'ancien chef de l'État distille ses bonnes blagues avec la régularité d'un métronome. Et vas-y que je parle de François "Moi je" Hollande, que je moque Najat Vallaud-Belkacem ou que je fais comme si je n'arrive pas à me souvenir du nom de Jean-Christophe Cambadélis.

Et puis jeudi 18 juin, Nicolas Sarkozy s'est un peu lâché. En meeting à l'Isle-Adam, l'ancien chef de l'État a comparé l'afflux de migrants en France et en Europe à… une fuite d'eau. "Le réparateur arrive et dit, j'ai une solution : on va garder la moitié pour la cuisine, mettre un quart dans le salon, un quart dans la chambre des parents et si ça ne suffit pas il reste la chambre des enfants", a lancé l'ex-président.

Une comparaison déjà faite mot pour mot cinq jours plus tôt au siège de Les Républicains, lors d'un discours devant les adhérents, comme l'a relevé et mis en vidéo TF1 news.

C'est ce vendredi que la sortie a fait réagir. Plusieurs personnalités de gauche ont dénoncé les mots de Nicolas Sarkozy. Bruno Le Roux, chef des députés PS, s'est dit "atterré par le nouveau sketch de Sarkozy". Il a ajouté :

"

Quand le rire gras accompagne la xénophobie...

 

"

Interrogé sur iTÉLÉ, Jean-Marie Le Guen a pour sa part dénoncé un "manque de respect" pour les migrants et pour les Français.  Il a ajouté :

"

La vulgarité n'est pas une bonne manière de faire de la pédagogie. […] Ce n'est pas très agréable d'être comparé une canalisation d'eau quand on est une personne qui souffre.

 

"

Marie-Pierre de La Gontrie s'est pour sa part interrogée. "Je ne sais même pas ce qui est le plus grave? Le sketch immonde de Sarkozy ? Ou les rires du public ?", s'est demandée la vice-président PS de la région Île-de-France.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il a manié une nouvelle fois l'ironie :

"

Chance : si Sarkozy a une fuite de cerveau, il ne peut pas y en avoir partout.

 

"

Même Manuel Valls y est allé de son couplet, jugeant que "la vie politique mérite mieux que ces phrases stigmatisantes et qui ne sont pas au niveau".

[EDIT] 15h42

L'AFP rapporte qu'interrogé lors de la conférence de presse de clôture du sommet de Bratislava, François Hollande a déclaré : "Quand il s'agit de personnes, d'êtres humains, quand il y a des sujets aussi graves, je crois que ça vaut pour tout le monde, il faut les aborder et les évoquer avec gravité et donc avec maîtrise" .

Du rab sur le Lab

PlusPlus