La défense par Danièle Obono de sa "camarade" Houria Bouteldja passe mal

Publié à 07h00, le 06 novembre 2017 , Modifié à 14h31, le 06 novembre 2017

La défense par Danièle Obono de sa "camarade" Houria Bouteldja passe mal
Danièle Obono et Houria Bouteldja © Montage via AFP

Les mots de Danièle Obono ont surpris, voire choqué. Dimanche 5 novembre, invitée de Radio J, la députée La France insoumise a parlé d'Houria Bouteldja, la porte-parole du Parti des indigènes de la République (PIR). "Je respecte la militante antiraciste. C’est dans le mouvement antiraciste que je l’ai connue, c’est dans ces luttes-là qu’on s’est battues", a expliqué l'élue de Paris, avant d'ajouter :

Houria Bouteldja, je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'elle dit, mais c'est une militante antiraciste. Elle en fait partie. [...] Je considère Houria Bouteldja comme une camarade, parce qu'elle fait partie de ce mouvement-là. Et dans ce mouvement-là, on se bat sur la question de l'égalité. [...] Il ne faut pas réduire tous ces militants anti-raciste à des antisémites

Visiblement gênée, elle n'a cependant pas voulu dire si, selon elle, les propos d'Houria Bouteldja - "les juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe" – étaient racistes ou non.

Ce terme, "camarade", a interpellé certains internautes comme Mehdi Ouraoui, membre du conseil national du PS, qui a demandé au leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, de réagir.

Le député socialiste Olivier Dussopt et son homologue de La République en Marche Aurore Bergé ont critiqué la position de leur collègue insoumise. La seconde a même été jusqu'à dire que les Insoumis sont, selon elle "les amis des Indigènes de la République. De leurs thèses. De leurs haines."

Certains internautes ont également interpellé Thomas Guénolé. Ce dernier a estimé que les propos de Danièle Obono n'avaient "aucun rapport avec le projet de la France insoumise" et "donc, n'engagent qu'elle".

La position de Thomas Guénolé n'est pas anodine. Le politologue le revendique lui-même : il est proche de La France insoumise. En mars 2016, il avait violemment attaqué Houria Bouteldja sur le plateau de Ce soir (ou jamais !). "Je pense que ce qui a changé, c'est qu'il y a une partie de l'antiracisme, et ça me fait beaucoup de peine de dire ça, qui est devenue raciste ! Je parle de vous madame Bouteldja", avait-il déclaré avant d'évoquer cette photo sur laquelle la porte-parole du PIR pose, souriante et pouce en l'air, à côté d'une inscription : "Les sionistes au goulag".

unnamed200

Thomas Guénolé avait par la suite dénoncé des propos racistes tenus par Houria Bouteldja dans son livre Les blancs, les juifs et nous. "La généralisation fondée sur la couleur de la peau, surtout pour un propos négatif, c'est du racisme madame", notait-il. Puis il soulevait des positions troubles de la militante sur le viol. "Si une femme noire est violée par un noir, c'est compréhensible qu'elle ne porte pas plainte pour protéger la communauté noire", a écrit Houria Bouteldja, rappelait Thomas Guénolé.

Dernier point, et non des moindres : l'homophobie. "Comme chacun sait, la tarlouze n'est pas tout à fait un homme. Ainsi, l'Arabe qui perd sa puissance virile n'est plus un homme", a-t-elle encore écrit, comme le notait une nouvelle fois Thomas Guénolé.

À voir ci-dessous en vidéo :



Tous ces passages ont une nouvelle fois été évoqués dimanche 5 novembre sur Radio J. La réponse de Danièle Obono a été très claire :

Sur ces passages-là, je vous dis très clairement : je ne suis pas d'accord. […] Je suis en désaccord avec les passages que vous me citez.

"C'est vrai que je suis réputée être raciste anti-blanc, antisémite et homophobe. Je dis sur ce plateau que je me fous complètement de ce qu'on dit de moi, s'était défendue à l'époque Houria Bouteldja. Si je suis accusée de tous ces maux, c'est parce qu'on me reproche une chose fondamentale, c'est de ne pas rester à ma place, celle de l'indigène". "Je ne vais pas m'étendre puisqu'une partie des citations de monsieur Guénolé sont parfaitement vraies et je les assume. Simplement il va falloir lire le livre pour se faire une idée de la précision avec laquelle j'utilise un certain nombre de concepts", avait-elle ajouté. 



[EDIT 14H15] La "mise au point"

Quand des propos font polémiques, rien de tel qu'une bonne mise au point par écrit. Ce lundi 6 novembre, en début d'après-midi, Danièle Obono a posté sur son compte Facebook une explication à ses propos sur la porte-parole du PIR Houria Bouteldja, qu'elle qualifiait dimanche de "camarade". La députée LFI écrit :

Mon seul programme est celui de la France Insoumise [...] Je ne suis pas et n’ai jamais été membre du PIR. Je suis en profond désaccord avec leurs thèses. [...] Je ne refuserai jamais le débat argumenté et contradictoire, mais je refuse que tout propos nuancé devienne motif de provocation. Le débat démocratique vaut mieux que cela.

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus