La députée LREM Claire O'Petit demande aux jeunes d'"arrêter de pleurer" parce que l'APL baisse de cinq euros

Publié à 18h15, le 24 juillet 2017 , Modifié à 14h39, le 26 décembre 2017

La députée LREM Claire O'Petit demande aux jeunes d'"arrêter de pleurer" parce que l'APL baisse de cinq euros
Claire O'Petit, députée LREM. © Montage le Lab via Le Huff Post

On l'aura compris, à partir d'octobre prochain, l'APL sera réduite de cinq euros par mois, pour que chaque bénéficiaire puisse encore percevoir cette aide au logement jusqu'à la fin de l'année. C'est en tout cas la justification qu'en a fait Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement. Un serrage de ceintures qui fait polémique depuis son annonce, le 22 juillet dernier.

Et cette polémique, Claire O'Petit en a assez. La députée LREM (et ancienne des Grandes Gueules de RMC), a un avis assez tranché sur la question. A la caméra du Huff Post, elle déclame, ce lundi 24 juillet :

 

Cinq euros, c'est beaucoup. Mais c'est ou ça, ou on augmente les impôts. Un étudiant qui touche l'APL touche aussi une bourse, normalement. Et c'est très bien, c'est très très bien. Simplement, on ne peut pas toujours dire : 'Il y a des dettes, il faut que ça change'. Monsieur Macron a été élu pour changer. A chaque fois que nous voulons toucher à une corporation, cette corporation dit 'non, c'est pour l'autre et c'est pas pour moi'. Donc eh bien non. Cinq euros, c'est pour tout le monde. Mais qu'ils fassent bien le calcul. Faites bien le calcul quand vous êtes étudiant. C'est quand même aussi avec nos impôts, faut pas l'oublier. Donc, il y a les transports moins cher, il y a la carte étudiant, il y a l'APL, il y a les bourses. Ça ne suffit pas, vous avez beaucoup d'étudiants qui sont obligé de travailler encore, c'est vrai. Mais bon sang, regardez un petit peu ailleurs ! Whouuu ! Ça va ! Ça va messieurs, dames. Arrêtez. Si à 18, 19 ans, 20 ans, 24 ans vous commencez à pleurer parce qu'on vous enlève cinq euros, qu'est-ce que vous allez faire de votre vie ? C'est long, ça va être difficile, mais si vous ne voulez pas payer plus tard toutes les dettes que vous n'aurez pas payées quand vous serez un petit peu plus jeune [RIP la concordance des temps] ça va vous coûter beaucoup, beaucoup, beaucoup plus cher.



Pour résumer, Claire O'Petit s'adresse à la "corporation" des gens qui touchent l'APL, principalement les étudiants et les ménages les plus modestes. Elle leur rappelle que, quand même, cette aide au logement, c'est "avec nos impôts". Donc il faut "arrêter de pleurer" pour cinq euros et penser à la dette.

Et la députée LREM de reprendre la logique de Christophe Castaner, qui disait ce lundi matin que la baisse de cinq euros est une "bonne nouvelle", car cela signifie que l'APL continuera d'être versée jusqu'à la fin de l'année :

 

Tant qu'on pourra continuer à leur donner les aides, c'est très bien. Mais si nous demandions à tout le monde d'augmenter les impôts ? Parce que cet argent il se fait pas comme ça. C'est quand même des aides qui sont données. S'il y a vraiment une personne qui est dans la misère pas possible, nous sommes là pour les aider, il n'y a pas de souci. Mais là, nous sommes en train de parler d'une collectivité. La collectivité, à l'heure actuelle, il faut absolument faire baisser la dette. Notre Président l'a dit, il a été élu dessus, c'est cinq euros. Mais au moins pour continuer à touche les 55 euros de ceux qui ne touchent que 60 euros, eh bien il faut que tout le monde participe.

Au Lab, on n'a pas souvenir qu'Emmanuel Macron ait fait campagne sur la baisse de l'APL. Mais on peut toujours se tromper...

Du rab sur le Lab

PlusPlus