La députée PS Karine Berger s'insurge contre la verbalisation d'une femme voilée sur une plage de Cannes

Publié à 15h09, le 23 août 2016 , Modifié à 15h09, le 23 août 2016

La députée PS Karine Berger s'insurge contre la verbalisation d'une femme voilée sur une plage de Cannes
Karine Berger © AFP

L'information est donnée par L'Obs ce mardi 23 août. Nous sommes le 16 août, sur la plage de la Bocca à Cannes. Siam profite d'une journée à la plage avec ses enfants. Seulement voilà, cette mère au foyer de 34 ans a décidé de s'habiller comme elle l'entendait et de s'installer sur le sable cannois vêtue d'un legging, d'une tunique et d'un hidjab, un voile qui couvre les cheveux. Trois policiers municipaux arrivent, deux d’entre eux avec "le doigt sur la gâchette de leur bombe lacrymo" selon une témoin citée par l'hebdomadaire.

Pour les forces de l'ordre, la tenue de Siam n'est pas assez "correcte" pour qu'elle puisse profiter des joies de la plage avec ses enfants. Si elle met son foulard "sous forme de bandeau autour de la tête", ça passe. Mais porté lâché, le voile est susceptible de créer un trouble à l'ordre public… La sécurité se jouerait donc à quelques centimètres.

Les policiers verbalisent donc la jeune femme. Ses enfants pleurent. Elle aussi. Elle argue qu'elle ne porte pas de "burkini". Certains badauds prennent sa défense. D'autres, à l'inverse, soutiennent les policiers. "Rentrez chez vous !", "Madame, la loi c’est la loi, on en a marre de ces histoires", "Ici, on est catholiques !", peut-on entendre, selon Siam citée par L'Obs.

L'information est largement relayée depuis. Et il n'aura pas fallu attendre longtemps pour qu'un politique réagisse. C'est Karine Berger qui ouvre le bal en dénonçant cette verbalisation sur Twitter :

 

"

Honteux ! Rappel à l'ordre des maires doit être fait par gouvernement !

"

La députée PS des Hautes-Alpes en appelle donc au gouvernement. Son chef a affirmé, le 17 août, son soutien aux maires ayant pris des arrêtés pour interdire le port du "burkini", "pas compatible avec les valeurs de la France et de la République". "Je comprends les maires qui, dans ce moment de tension, ont le réflexe de chercher des solutions, d'éviter des troubles à l'ordre public. Je soutiens donc ceux qui ont pris des arrêtés, s'ils sont motivés par la volonté d'encourager le vivre ensemble, sans arrière-pensée politique", disait Manuel Valls à La Provence. En l'espèce, il ne s'agit pas d'un burkini mais d'une tenue pas assez "correcte" selon les autorités.

Mais tout le monde ne partage pas l'avis de l'élue socialiste. Gabriel Robin, secrétaire général du Collectif culture du Front national, répond à Karine Berger sur Twitter. Il estime pour sa part que la femme verbalisée à Cannes "a voulu braver l'interdit" en portant "un hidjab de bain". 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus