La grosse langue de bois de Gérard Collomb pour expliquer que Christophe Castaner avait très très envie de devenir délégué général de LREM

Publié à 13h39, le 19 novembre 2017 , Modifié à 13h39, le 19 novembre 2017

La grosse langue de bois de Gérard Collomb pour expliquer que Christophe Castaner avait très très envie de devenir délégué général de LREM
© AFP

L’enthousiasme ne débordait pas du discours de Christophe Castaner, élu samedi 18 novembre délégué général de La République en marche (LREM). À la tribune, le nouveau chef du parti majoritaire a reconnu qu’il ne s’agissait pas là d’un "rêve" mais d’un "devoir". Un peu plus tard sur France 2, "Casta" a refusé de se dire "heureux", reconnaissant tout juste que c’était "chouette".

Mais Gérard Collomb veut éviter de répandre l’idée que Christophe Castaner avait autant envie de ce poste que d’une raclette par 40°. Invité de Questions d’info (France Inter/franceinfo/Le Monde) ce dimanche, le ministre de l’Intérieur a usé d’une grosse langue de bois assumée pour expliquer que son collègue avait très très envie de devenir délégué général de LREM. Voici l'échange :

 

- Gérard Collomb : Je crois qu’il en avait envie. C’est ce qu’il a fait pendant toute la campagne. C’était un de ceux sans doute qui ont animé le plus de meetings.



- Journaliste : Quand il a dit que ça ne le faisait pas rêver, il s’est trompé ?



- Gérard Collomb : C’est un réaliste, Castaner. Donc il rêve dans l’action. Et il est dans l’action en rêvant.



- Journaliste : Je n’ai pas très bien compris ce que ça voulait dire… On pourra philosopher pendant longtemps.



- Gérard Collomb : C’est fait pour.

 

Christophe Castaner, un homme de confiance, a été choisi par Emmanuel Macron (même si le Président a essayé de démontrer le contraire). Il était le seul et unique candidat. Mais cette nouvelle mission implique le (probable) départ de ses fonctions ministérielles, a minima du porte-parolat du gouvernement. Un sort qui n’est pour l’heure pas encore tranché, mais qui le sera dans les jours à venir par le Président et le Premier ministre Édouard Philippe.

Du rab sur le Lab

PlusPlus