La grosse offensive de 165 sarkozystes contre "l’opportunisme" de François Bayrou

Publié à 09h23, le 23 octobre 2016 , Modifié à 09h23, le 23 octobre 2016

La grosse offensive de 165 sarkozystes contre "l’opportunisme" de François Bayrou
© MEHDI FEDOUACH / AFP

Longtemps, Nicolas Sarkozy a méprisé en silence - réservant ses critiques en privé, tout du moins - François Bayrou. Les deux hommes se détestent ouvertement. L’ancien Président le tient pour responsable de sa défaite à la présidentielle de 2012, le patron du MoDem ayant appelé à voter pour son adversaire du PS François Hollande.

À moins d’un mois du premier tour de la primaire de la droite, distancé dans les sondages par Alain Juppé, Nicolas Sarkozy a décidé de passer à la vitesse supérieure et de montrer les muscles. L’ex-chef de l’État a mobilisé ses troupes contre François Bayrou qui menace de se présenter contre le vainqueur de la primaire de la droite si Alain Juppé est battu. Dans le JDD du dimanche 23 octobre, pas moins de 165 élus qui le soutiennent (dont 100 parlementaires et 10 UDI) signent une tribune contre François Bayrou intitulée "Pour une primaire de la clarté".

Après avoir sans surprise dressé un bilan "terrible" du quinquennat de François Hollande, les auteurs, dont en première ligne François Baroin, Luc Chatel et Gérald Darmanin, expliquent que "l’alternance" est nécessaire. Mais pour réunir les conditions de l’alternance, la droite doit être rassemblée. Ce que le patron du MoDem empêche, avancent-ils :

 

"

Aujourd’hui, le mécontentement des Français doit être entendu et leur demande de changement exaucée : ce mécontentement se transformerait en colère si la droite, épousant les petites combinaisons de partis, se perdait dans une alternance molle, celle des changements dans la continuité.



Ce n’est pas ce qu’attendent les Français. Pour eux, comme pour nous, l’alternance doit être solide, franche et visible.



De ce point de vue, le retour opportuniste de François Bayrou dans la primaire de la droite et du centre est un signe annonciateur de cette compromission idéologique.

"

 

François Bayrou soutient Alain Juppé à la primaire, mais a d’ores et déjà annoncé qu’il "prendrait ses responsabilités" si son poulain ne sortait pas vainqueur le soir du 27 novembre. Cette stratégie, annoncée en juin, a fait sortir de ses gonds Nicolas Sarkozy. Jeudi, l’ancien patron de LR a reproché au maire de Pau de ne pas "respecter la règle de la primaire". Cela est d’ailleurs faux : pas candidat, François Bayrou n’a aucune obligation de soutenir le vainqueur de la primaire, même s’il milite pour Alain Juppé.

Le reproche que lui font les signataires de la tribune est plutôt d’ordre politique et stratégique. François Baroin et consorts lui rappellent que leurs partis respectifs ont signé des accords pour les législatives :

 

"

On ne peut pas sortir du socialisme avec celui qui nous y a fait rentrer, surtout lorsqu’il annonce par avance qu’il ne respectera pas le choix des électeurs de la primaire si son candidat n’est pas choisi. Par deux fois, François Bayrou, plaçant son opportunisme au-dessus de l’intérêt des électeurs de la droite et du centre, a voté socialiste en 2007 et en 2012. Aujourd’hui, il négocie des circonscriptions, comme aux plus belles heures de la IVe République, pour soumettre la future majorité à ses propres idées, éloignées d’une alternance franche et claire.

"

 

Avant de conclure :

 

"

La primaire des 20 et 27 novembre doit être celle de la clarté. Elle doit permettre de trancher la ligne politique que le candidat de l’union de la droite et du centre doit incarner entre une alternance véritable et une alternance floue.



Pour nous, les 20 et 27 novembre, cela doit être le choix pour une véritable alternance. C’est ce qu’attend le peuple de droite et du centre qui veut tourner la page du socialisme et ouvrir celle d’un nouvel espoir pour tous les Français.

"

 





À LIRE SUR LE LAB :

L’intox de Nicolas Sarkozy sur le prétendu engagement de François Bayrou à "respecter la règle de la primaire"

Du rab sur le Lab

PlusPlus