La petite blague de Luc Carvounas sur sa candidature à la tête du PS : "Il faut être complètement dingue"

Publié à 14h36, le 19 janvier 2018 , Modifié à 14h36, le 19 janvier 2018

La petite blague de Luc Carvounas sur sa candidature à la tête du PS : "Il faut être complètement dingue"
Luc Carvounas. © AFP

Le poste n’est pas forcément celui qui vend le plus de rêve sur le papier, mais ils sont pourtant déjà cinq à s’être portés candidats à la tête du Parti socialiste. L’élection du 29 mars aura, a minima, davantage de suspense que celles qui se sont déroulées à Les Républicains et La République en marche.

Luc Carvounas, député du Val-de-Marne, est l’un des prétendants à la succession de Jean-Christophe Cambadélis. Et il reconnaît lui-même, en blaguant auprès du JDD ce 19 janvier : il faut avoir un minimum de folie pour vouloir diriger un parti décimé :

Il faut être complètement dingue! Il n’y a que des coups à prendre et ce sont des pans entiers d'amitiés politiques qui tombent en morceaux. Je suis né à Alfortville, j'ai réussi, et c'est une vraie fierté, à être le maire de cette ville. Ma vie est totalement dans l'histoire du PS. Moi j'y crois. Sinon, à 46 ans, je vais faire quoi ? Baisser les bras et me dire que cette histoire qui a plus de 110 ans est mise dans un corner par un mouvement qui s'est créé en avril 2016 et qui a une conception de la politique totalement ubérisée ? Je sais quelle est mon histoire. Si j'avais une seule ambition, ce serait qu'un jour au moins un livre d'histoire dise que la génération que je représente a relevé le drapeau, que le socialisme aurait pu mourir et que ça n'a pas été le cas. Je ne suis pas candidat aux élections européennes, je ne suis pas candidat à la présidentielle, je connais mon niveau de compétence et ce que je sais bien faire.

Par ailleurs, Luc Carvounas dit vouloir "une gouvernance collégiale" parce qu’"on ne peut pas d'un côté dire 'Macron c'est la présidence jupitérienne' et avoir un homme ou une femme seule à la tête du PS".

Du rab sur le Lab

PlusPlus