La pique totalement gratuite de Castaner à Sarkozy après son élection comme délégué général de LREM

Publié à 10h04, le 19 novembre 2017 , Modifié à 10h41, le 19 novembre 2017

La pique totalement gratuite de Castaner à Sarkozy après son élection comme délégué général de LREM
Christophe Castaner © AFP

"Je ne veux pas être chef ! Je veux être animateur, facilitateur. Le titre de délégué général me va bien. Je veux que chaque adhérent puisse trouver une réponse utile à ses questions, se sentir utile, qu'il puisse s'engager sur le terrain du commun. On doit s'emparer de quelques grandes causes et les accompagner", commente ce dimanche 19 novembre Christophe Castaner, dans  le JDD. Voici comment celui qui est encore secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement parle de son nouveau poste de délégué général de LREM.

Il ne veut pas être le chef. Le jour de son élection, samedi, la tonalité retenue était donc celle de la sobriété : on célèbre la victoire mais pas trop non plus. Dans le train qui le ramenait de Lyon, où se déroulait le conseil de LREM, à Paris, Christophe Castaner est ainsi revenu sur la teneur des événements. Sobre et efficace. Le n°1 du parti a apprécié. Et il l'a dit en s'en prenant à... Nicolas Sarkozy qui lui, n'avait rien demandé.

Cité par Le Parisien, Christophe Castaner dit :

Je n'allais pas demander à mes filles de faire une vidéo en disant : 'bonne chance, mon papa'.

 

Une analogie *très sympa* avec l'élection, en 2004, de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP. Son fils, Louis Sarkozy, était apparu dans une vidéo dans laquelle il souhaitait "bonne chance" à son "papa".

Plutôt que de faire comme Nicolas Sarkozy, qui avait, notons-le tout de même, une plus grande ambition que celle de rester secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner préfère donc la jouer modeste. Samedi, il a assuré que les adhérents "ne seront pas de la chair à canon électoral". "Tout ce qui devra être amélioré le sera démocratiquement", mais "nul besoin de mise en scène médiatique", jure-t-il dans le JDD.

Un taquet gratuit à Nicolas Sarkozy, en revanche, Christophe Castaner ne se l'interdit visiblement pas. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus