La réaction de François Hollande à la démission d’Emmanuel Macron : "Il m’a trahi avec méthode"

Publié à 11h53, le 31 août 2016 , Modifié à 12h37, le 31 août 2016

La réaction de François Hollande à la démission d’Emmanuel Macron : "Il m’a trahi avec méthode"
François Hollande affecté par la "trahison" méthodique d'Emmanuel Macron. © Thibault Camus / POOL / AFP

PAS DE PLACE POUR LES TRAÎTRES – Les "hollandais" n’ont pas vraiment apprécié le lâchage en règle d’Emmanuel Macron, "créature" de François Hollande, dixit un député PS proche de Valls, qui a démissionné du ministère de l’Economie pour marcher vers la présidentielle.

Mais comment a réagi François Hollande au départ de celui qu’il avait nommé secrétaire général adjoint de l’Elysée avant de le promouvoir ministre à Bercy à 37 ans ? Le Monde nous livre ce mercredi 31 août le courroux présidentiel. L’homme qui n’a pas "d’affect", comme le dépeignent nombre de ses proches ou moins proches, François Hollande a semble-t-il marqué le coup. Au dîner de la majorité, mardi soir, après la démission de l’ex-trublion du gouvernement, le chef de l’Etat a ainsi reconnu, rapporte Le Monde :

"

Il m’a trahi avec méthode.

"

Une phrase attribuée à François Hollande donc et rapidement démentie par l'Elysée :

Interrogé sur cette déclaration lors du point presse hebdomadaire post-conseil des ministres, Stéphane Le Foll a tenté de démentir sans démentir tout en noyant le poisson :

 

"

Je ne l’ai pas entendue. Il m’arrive d’être distrait, c’est possible. Je participe à ces dîners depuis que je suis nommé porte-parole. Si je ne l’ai pas entendu, vous pouvez en tirer une conclusion.

"

Toujours au Monde, un "membre du canal historique hollandais" explique que "le départ de Macron est une amputation". Et de poursuivre l’analyse :

"

C’est un ministre extrêmement populaire, jeune et qui a de l’audience dans certains milieux. C’est une mauvaise nouvelle pour la majorité, pour le gouvernement, pour le président.

"

Si dans Conversations privées avec le président (Antonin André et Karim Rissouli, Albin Michel), François Hollande affirmait qu’Emmanuel Macron était "un gentil garçon, un garçon simple" et qu’il lui était "totalement fidèle", le chef de l’Etat a dû s’étrangler (au fond de lui-même) en voyant son protégé s’émanciper.

Surtout, cela a donné du grain à moudre à l’opposition au Président, qu’elle soit de droite ou de gauche. Chacun de ces opposants à François Hollande soulignant que ce départ d'Emmanuel Macron était un nouveau signe de la faiblesse du résident de l’Elysée. Et ça la fout mal à quelques mois d’une échéance présidentielle délicate pour la gauche et pour François Hollande.

Du rab sur le Lab

PlusPlus