La tactique de Chantal Jouanno pour critiquer Claude Bartolone : vanter les mérites de Jean-Paul Huchon

Publié à 09h20, le 19 mai 2015 , Modifié à 09h20, le 19 mai 2015

La tactique de Chantal Jouanno pour critiquer Claude Bartolone : vanter les mérites de Jean-Paul Huchon
© AFP

Les jours ne sont peut-être pas très faciles pour Jean-Paul Huchon, obligé de laisser sa place à Claude Bartolone pour mener la liste PS lors des régionales en Île-de-France. Mais celui qui est encore pour quelques mois président de région peut au moins compter sur un soutien : celui de Chantal Jouanno.

La tête de liste UDI en Île-de-France est l'invitée de France 2 ce mardi 19 mai. Et que fait l'ancienne ministre des Sports lorsqu'on lui parle du scrutin de décembre ? Elle passe un loooong moment à vanter les mérites de Jean-Paul Huchon.

Cela commence avec une remarque sur le choix de Claude Bartolone, "particulièrement inélégant à l'égard de Jean-Paul Huchon", selon Chantal Jouanno. Et puis la sénatrice de Paris enchaîne en parlant des Franciliens. Elle dit :

"

Moi ce que je déteste, c'est que cette campagne des régionales, c'est pour parler des Franciliens, c'est pour parler des vrais sujets, c'est vraiment pour parler du concret. Au moins Huchon il connait parfaitement ces sujets. Bartolone, non.

 

"

Et Chantal Jouanno de rappeler le petit bug du président de l'Assemblée nationale, annonçant qu'on avait fait "200 kilomètres de métropolitain – un mot qu'on n'utilise plus jamais – ce n'était pas 200 kilomètres, c'était 7". Elle ajoute :

"

Il [Bartolone] ne s'est jamais vraiment investi sur les sujets de la région. Huchon avait au moins cet avantage-là.

 

"

Encore ? La porte-parole de l'UDI estime que l'actuel président d'Île-de-France est "plus social-démocrate" que Claude Bartolone, ce qui est de son point de vue une qualité.

Chantal Jouanno tresse de jolis lauriers à Jean-Paul Huchon pour mieux critiquer son véritable adversaire socialiste. Mais elle n'en est pas encore à saluer le bilan de la gauche en Île-de-France. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus