La totalité des maires de l’agglo présidée par Nicolas Dupont-Aignan demandent sa démission après son ralliement à Marine Le Pen

Publié à 07h01, le 01 mai 2017 , Modifié à 07h01, le 01 mai 2017

La totalité des maires de l’agglo présidée par Nicolas Dupont-Aignan demandent sa démission après son ralliement à Marine Le Pen
© BERTRAND GUAY / AFP

Même avec 4,70% au premier tour de la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan arrive à se retrouver au centre de cet entre-deux tours depuis son ralliement, vendredi 28 avril, à Marine Le Pen, un "jour historique" selon lui. Promis au poste de Premier ministre si la candidate du Front national est élue, le député-maire de Yerres a reçu une flopée d’injures de la part d’artistes et d’élus de la droite dite républicaine.

Ce ralliement n’est pas très bien vécu non plus au niveau local. Deux manifestations se sont déroulées devant la mairie de "NDA" samedi et dimanche, auxquelles ont participé plusieurs centaines de personnes. Réunis dimanche, les maires des huit communes composant, avec Yerres, la communauté d'agglomération Val d'Yerres Val de Seine, ont décidé de demander la démission de Nicolas Dupont-Aignan de ses fonctions de président de l'agglomération, a expliqué à l'AFP Georges Tron, l'un des vice-présidents de la collectivité et maire (LR) de Draveil, confirmant une information du Parisien.

Les maires - un socialiste, sept de droite - ainsi que le président du conseil départemental de l'Essonne François Durovray (premier vice-président de l'agglomération) ont rédigé une lettre à Nicolas Dupont-Aignan dans laquelle ils lui ont demandé "de remettre son mandat à la communauté d'agglomération", selon Georges Tron qui a argué notamment d'une différence de "valeurs" entre "celles que nous défendons" et celles du FN.

Plusieurs élus de l’Essonne ne sont toutefois pas totalement surpris de ce virage à l’extrême droite. "Cette prise de position permet enfin de clarifier son positionnement qui déviait lentement mais sûrement depuis son départ de l’UMP en 2007", assène Grégoire de Lasteyrie, maire de Palaiseau, dans un message Facebook. Même constat pour Irvin Bida, candidat de la droite et du centre face à Nicolas Dupont-Aignan, auprès du Parisien : "C’est la suite logique de ses propos successifs sur le grand remplacement par exemple. Il soutient le parti dont il se rapprochait." Tout cela fait "regretter" à Serge Poinsot, maire DVD de Vigneux-sur-Seine, son "parrainage".

Sur Twitter, le conseiller départemental de l’Essonne Jérôme Guedj, proche de Benoît Hamon, a "salué cette prise de position des élus de l'agglomération (encore) présidée par Nicolas Dupont-Aignan".

 





À LIRE SUR LE LAB :

Le chanteur Benjamin Biolay s’en prend à Nicolas Dupont-Aignan : "tu vas le payer cher"

Les acteurs Gilles Lellouche et Mathieu Kassovitz insultent Nicolas Dupont-Aignan après son ralliement à Marine Le Pen

VIDÉO - Marine Le Pen nommera Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre si elle gagne l'élection présidentielle

Le juppéiste Bussereau qualifie Dupont-Aignan de "collabo" et de "pétainiste" après son ralliement à Le Pen

> Ces archives très gênantes pour Nicolas Dupont-Aignan maintenant qu’il a rallié Marine Le Pen

Du rab sur le Lab

PlusPlus