L'accord Hamon – Jadot fait sa première victime : la socialiste Nawel Oumer

Publié à 07h57, le 24 février 2017 , Modifié à 09h35, le 24 février 2017

L'accord Hamon – Jadot fait sa première victime : la socialiste Nawel Oumer
© Capture Twitter

Yannick Jadot a retiré sa candidature à la présidentielle au profit de Benoît Hamon, jeudi 23 février. L'écolo et le socialiste ont finalement réussi à trouver un accord qui, selon les informations de FranceInfo:, prévoit de réserver aux Verts entre 38 et 40 circonscriptions lors des prochaines législatives.

Cet accord fait donc d'office une première victime : Nawel Oumer. Son nom ne vous dit peut-être rien. En décembre dernier, Nawel Oumer avait été investie par les militants PS en vue des prochaines élections législatives. Elle devait se présenter dans la 6ème circonscription de Paris, la circonscription jusqu'ici occupée par… Cécile Duflot.

Or, l'accord conclu entre Benoît Hamon et Yannick Jadot implique que les 10 circonscriptions occupées par des sortants EELV soient de nouveau réservées aux écologistes. En conséquence, la 6ème circonscription de Paris sera réservée à Cécile Duflot et aucun candidat investi par le PS ne se présentera contre elle. À moins que Nawel Oumer ne décide de se présenter en tant que candidate dissidente. C'est ce qu'elle laisse entendre sur son compte Twitter : 

Lors des discussions, pour le moins houleuses, entre le vainqueur de la primaire de la Belle alliance populaire et les députés écolos, le cas Duflot a été au cœur des débats, comme le rapporte L'Obs.

"Ce qu’on veut c’est que tous les sortants soient réélus, mais pas forcément là où ils ont été élus", a estimé Benoît Hamon, s'attirant les foudres des écolos. "Enfin, ça ne vaut que pour Cécile [Duflot]", a-t-il précisé. "On a gueulé en disant 'il n’en est pas question. On n’acceptera jamais ça'", a déclaré auprès de l'hebdomadaire Noël Mamère. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus