L'argument fumeux de Valérie Pécresse contre Claude Bartolone et sa "boussole" Tariq Ramadan

Publié à 17h29, le 28 octobre 2015 , Modifié à 17h51, le 28 octobre 2015

L'argument fumeux de Valérie Pécresse contre Claude Bartolone et sa "boussole" Tariq Ramadan
Valérie Pécresse © AFP

Petit conseil : si jamais vous devez participer à Pékin Express ou à toute autre course d'orientation, évitez de vous associer à Valérie Pécresse. Certes, la tête de liste LR pour les régionales en Île-de-France a moult qualités. En revanche, elle n'est pas très au point pour se repérer dans l'espace. La faute à une méconnaissance des outils.

Ce mercredi 28 octobre, l'ancienne ministre du Budget présentait le volet environnemental de son programme pour les régionales. Et elle a abordé LA polémique qui a agité les ambitieux d'Île-de-France cette semaine : Claude Bartolone et sa "boussole" Tariq Ramadan.

Après s'être insurgée sur Twitter – avec un message sponsoriséValérie Pécresse a voulu justifier les attaques de la droite contre Claude Bartolone. Pour elle, les mots de son adversaire socialiste étaient parfaitement critiquables. Voici ce qu'elle a déclaré, selon Libération :

"

Quand on utilise le mot 'boussole', cela signifie quelque chose. Quand on se balade, on suit la direction de la boussole.

"

Plusieurs précisions peuvent être apportées à cette justification, notamment concernant la boussole elle-même. "Quand on se balade, on suit la direction de la boussole" ? Attention, fact-checking… Eh bien c'est faux ! Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison qu'une boussole indique toujours la même direction : le Nord magnétique. Si vous savez où est le Nord, vous pouvez donc aller dans n'importe quelle direction souhaitée, y compris la direction opposée, plus communément appelée le Sud.

Et c'est plus ou moins ce qu'a expliqué Claude Bartolone dimanche, sur Radio J. Le candidat PS y a déclaré que la pensée de Tariq Ramadan, spécialiste controversé de l'islam et professeur à l’université d'Oxford, lui servait de "boussole" dans son engagement politique. Il s'est appuyé pour cela sur la pensée du théologien.

"Il y a une phrase que j’ai toujours en tête et qui me sert de boussole dans mon engagement politique. C'est celle issue de la pensée de Monsieur Ramadan qui tenait ce discours en direction des enfants issus de l'immigration : 'Vous ne serez plus jamais Sénégalais, Marocains, Algériens, Tunisiens, Égyptiens mais vous ne serez jamais Français donc vous êtes musulmans". Et il leur présente cette idée d’appartenir à une religion – ce que permet, et heureusement, un État laïc – comme une identité de substitution. Et là il faut y être très attentif", a déclaré Claude Bartolone.

Claude Bartolone ne prenait donc pas pour modèle la parole de Tariq Ramadan mais demandait - en ayant en tête cette réflexion du théologien - d'être "attentif" à ces jeunes qui choisissent la religion comme "identité de substitution". Ce qui est sensiblement différent. 

 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Claude Bartolone et sa "boussole" Tariq Ramadan : qu'a vraiment dit le candidat en Ile-de-France ?

> Pécresse porte plainte contre Bartolone après des propos tenus sur son blog

> Le PS accuse Pécresse de "graves irrégularités" dans sa campagne

> Les opposants de Bartolone l'accusent de refuser le débat

Du rab sur le Lab

PlusPlus