L'astuce de Fleur Pellerin pour empêcher Valeurs Actuelles ou Minute de toucher des aides à la presse

Publié à 20h02, le 04 novembre 2015 , Modifié à 06h43, le 10 novembre 2015

L'astuce de Fleur Pellerin pour empêcher Valeurs Actuelles ou Minute de toucher des aides à la presse
© AFP

ASTUCE - Mise en situation : vous êtes ministre de la Culture. De gauche. Vous êtes en charge d'étendre les subventions accordées à la presse à certains hebdomadaires privés de ces fonds. Sauf que, problème, parmi les hebdomadaires visés se trouvent des titres de presse contre lesquels votre gouvernement s'est emporté plusieurs fois et qui créent la polémique.

Que faire ? C'est à ce problème qu'a été confrontée Fleur Pellerin, ministre de la Culture, qui a trouvé une astuce pour faire en sorte que l'État français ne verse plus de subventions à, au hasard, Minute ou Valeurs Actuelles, plutôt *très* à droite dans leurs analyses.

Pour ce faire, la ministre a décidé d'accorder ces fonds à une condition : que les hebdomadaires n'aient pas été condamnés pour "incitation à la haine raciale". C'est ce qu'elle a affirmé le 2 novembre devant la commission des affaires culturelles de la presse, comme l'a relevé la Correspondance de la presse, relayé par Marianne le 6 novembre.  

Une condamnation, pas de subvention en somme. 

Une décision qui n'étonne guère Yves de Kerdrel, directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, condamné par le passé pour ce genre de faits, qui explique à Marianne

C'est la première fois dans l'histoire de la Ve République qu'un gouvernement s'attaque à la presse de manière aussi frontale.

Une attaque par le portefeuille pas uniquement réservée aux hebdomadaires d'opinion. Ainsi, en mai dernier, la ministre affichait son souhait de priver les magazines people de subventions venant de l'État.

[Edit 10/10]

Une mesure qui prend effet après la publication d'un décret du ministère de la Culture ce week-end. Le gouvernement a ainsi étendu les aides à la presse au titre du pluralisme d'opinions à une cinquantaine de titres, allant du Monde Diplomatique à Témoignage Chrétien. Valeurs Actuelles, Minute ou encore Rivarol en sont donc exlus. 

Ces subventions, destinées aux publications nationales généralistes aux faibles ressources publicitaires (moins de 25% de leurs recettes), étaient jusqu'ici réservées aux quotidiens - concrètement, L'Humanité, Libération et La Croix. Ces aides sont étendues aux autres périodiques (hebdos, quinzomadaires, mensuels, trimestriels), ce qui devrait bénéficier à 40 ou 50 titres. Deux conditions: ne pas dépasser les 300.000 exemplaires et ne pas avoir été condamné pour racisme, antisémitisme ou incitation à la haine ou à la violence au cours des cinq dernières années.





À LIRE SUR LE LAB :

Fleur Pellerin souhaite sucrer les subventions destinées à "la presse récréative" comme les magazines people

Nouvelle charge socialiste contre le magazine Valeurs actuelles, signée Jean-Christophe Cambadélis

Des cadres du FN préconisent de ne plus lire "Valeurs Actuelles" à cause d'une interview de Nicolas Sarkozy

Du rab sur le Lab

PlusPlus