Laurent Wauquiez "choqué" par le retour d'Agnès Saal (ex-INA) au ministère de la Culture

Publié à 09h47, le 21 mai 2015 , Modifié à 09h47, le 21 mai 2015

Laurent Wauquiez "choqué" par le retour d'Agnès Saal (ex-INA) au ministère de la Culture
© AFP

PROFONDÉMENT CHOQUÉ - Après l'INA, le ministère de la culture. Selon Le Monde, Agnès Saal, qui avait été sérieusement épinglée pour ses notes de frais de taxi, au point de devoir démissionner, a été recasée au secrétariat général de ce ministère pour être "chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelles des emplois et des compétences". La Culture est son ministère d'origine. Un retour qui "choque" cependant Laurent Wauquiez.

Invité de RTL ce 21 mai, le numéro 3 de l'UMP ironise :

"

Elle aurait aussi bien pu être à la gestion prévisionnelle du budget et des factures des ressources humaines.

"

Et poursuit :

 

"

Oui ça me choque, ça me choque car je considère que dans une période où on demande des efforts, il faut de l’exemplarité, de l’exemplarité pour les politiques au premier plan, et de l’exemplarité pour les fonctionnaires.

"

Lorsque Jean-Michel Aphatie lui fait remarquer qu'Agnès Saal a un statut de fonctionnaire et qu'on ne peut donc pas simplement la renvoyer, Laurent Wauquiez évoque un autre type de sanction :

 

"

Enfin dans son statut il n'est pas forcément prévu d’avoir des frais de représentation qui sont exorbitants. Il n’est pas exclu que sur des procédures comme ça on puisse exiger des remboursements, non ?

"

De fait, l'ancienne patronne de l'INA a déjà remboursé une partie des 41.000 euros de frais de taxi dépensés en 10 mois, celle imputée aux déplacements privés de son fils. Elle s'est également engagée à rembourser une autre partie, celle correspondant aux déplacements réalisés durant les week-end. Un doute subsiste pour savoir ce qui relève des trajets professionnels et privés.



 

BONUS TRACK

Il y avait "l'armée mexicaine" de la présidence de l'UMP sous Jean-François Copé, cet organigramme du parti moqué car extrêmement étoffé. Nicolas Sarkozy fait encore plus grand avec pas moins de 116 nominations proposées pour le nouveau bureau politique. Commentaire de Laurent Wauquiez :

 

"

On avait la guerre civile, moi je préfère la grande armée. On a fait un effort pour rassembler, ça rassemble beaucoup de monde, eh bien tant mieux.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus