Le "chat noir" Aurore Bergé rejoint le camp d’Emmanuel Macron

Publié à 12h57, le 14 février 2017 , Modifié à 17h00, le 14 février 2017

Le "chat noir" Aurore Bergé rejoint le camp d’Emmanuel Macron
Aurore Bergé a réussi à passer de NKM à Macron en passant par Juppé et Fillon en moins de 3 ans. Balaise. © MARTIN BUREAU / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

BRÈVE DE CAMPAGNE - Après Alain Minc, un deuxième chat noir vient de rejoindre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron. Deux mois après avoir activement participé à la campagne numérique du maire de Bordeaux pendant la primaire, Aurore Bergé rejoint le candidat d’En marche ! La jeune élue des Yvelines explique son choix dans les colonnes de L’Express, mardi 14 février.

Le 4 février dernier, elle a assisté au meeting d’Emmanuel Macron à Lyon. Un rassemblement qui a fini de la convaincre. "J'ai vu dans la salle des gens que l'on ne voyait plus dans nos partis : des trentenaires, des quadras, des jeunes actifs", confie-t-elle à l’hebdomadaire. Et de poursuivre :

C'est aussi une affaire de génération. Les jeunes réellement libéraux, à la fois sur le plan économique et sociétal, trouvent en Emmanuel Macron un candidat qui n'est pas qu'à moitié libéral.

Aurore Bergé ne se reconnaît plus dans Les Républicains, un parti qu’elle a rejoint alors qu’elle n’avait que 16 ans. "Le discours de la Porte de Versailles de Nicolas Sarkozy en 2007 reste l'un de ceux qui m'ont le plus enthousiasmée", raconte-t-elle à L’Express. "Alors qu'aujourd'hui, on a la Manif pour Tous et Sens commun. Il y a un gouffre entre la droite de Sarkozy en 2007 et celle de Fillon en 2017."

Dans une tribune publiée sur L'Obs, Aurore Bergé ne se gêne pas non plus pour critiquer le décalage entre les prises de position de François Fillon sur la probité et le Penelope Gate. Elle écrit :

On ne peut pas avoir prétendu à l’exemplarité, s’être revendiqué de l’exemple du Général de Gaulle pour finir aujourd’hui par se justifier de pratiques indéfendables d’un point de vue moral et éthique.

Une soudaine aversion pour François Fillon très étonnante au vu de son récent parcours. Juste après la défaite d'Alain Juppé à la primaire de la droite, Aurore Bergé a choisi de rejoindre... DroiteLib, un mouvement pro-Fillon et anti-Macron, lancé par Virginie Calmels en janvier dernier. Ou comment critiquer quelqu'un et rallier sa candidature en seulement quelques jours. 

En tout cas, Aurore Bergé assure n'avoir rien "négocié" auprès de son nouveau mentor. Contacté par Le Lab, elle affirme : 

Je n'ai pas négocié de place dans l'organigramme ni négocié une circonscription pour les prochaines élections législatives. 

Rappelons juste à Emmanuel Macron qu’Aurore Bergé mise toujours perdant. Car avant de perdre aux côtés d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite, elle avait accompagné Nathalie Kosciusko-Morizet, aux élections municipales de Paris en 2014. Deux campagnes et deux défaites. 



[Edit 15h51]Aurore Bergé avait rejoint les équipes de DroiteLib. 

[Edit 16h52] Déclarations Aurore Bergé 

Du rab sur le Lab

PlusPlus