Le cri du cœur de François Hollande : "Heureusement qu'il y a eu le livre de Davet et Lhomme sinon j'aurais été contraint de me représenter"

Publié à 09h04, le 31 octobre 2017 , Modifié à 09h10, le 31 octobre 2017

Le cri du cœur de François Hollande : "Heureusement qu'il y a eu le livre de Davet et Lhomme sinon j'aurais été contraint de me représenter"
François Hollande © AFP

DE L'INTÉRIEUR – Gaspard Gantzer fut l'un des témoins privilégiés du quinquennat de François Hollande – au moins dans sa deuxième partie. L'ancien conseiller en communication du chef de l'État raconte ces années passées au palais de l'Élysée dans un livre, La politique est un sport de combat (éd. Fayard). On y découvre, comme à chaque fois dans ce genre d'exercice, moult anecdotes qui ponctuent le quotidien du pouvoir.

Gaspard Gantzer évoque notamment le renoncement de François Hollande, ce soir de décembre 2016, lorsque le chef de l'État a annoncé, en direct depuis l'Élysée, qu'il ne se présenterait pas à sa propre succession. Gaspard Gantzer rapporte cette réflexion de François Hollande tenue le 29 novembre, soit quelques jours avant son annonce officielle :

Quand j'y pense, heureusement qu'il y a eu le livre de Davet et Lhomme sinon j'aurais été contraint de me représenter.

 

Invité d'Europe 1 ce mardi 31 octobre, Gaspard Gantzer commente cette phrase. Selon lui, elle exprime "une forme de lassitude face aux attaques incessantes des socialistes, ceux qu'on avait appelé les frondeurs, et d'une partie du gouvernement".

Peu après la publication du livre des journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme Un Président ne devrait pas dire ça (éd. Stock), plusieurs proches de François Hollande, dont Manuel Valls, avaient ouvertement critiqué les déclarations rapportées du chef de l'État.

Dans l'ouvrage, François Hollande commentait son action sans filtre, traitait les magistrats de "lâches", les footballeurs de "gosses mal éduqués" devenus des "vedettes richissimes, sans préparation" et à qui il donnerait bien des cours "de musculation du cerveau". Il moquait également Jean-Marc Ayrault, Claude Bartolone, ou parlait très calmement d"'assassinats ciblés" effectués durant son mandat.

Sur Europe 1 ce mardi, Gaspard Gantzer poursuit :

Alors qu'il avait fait le job sur les attentats, redressé le pays, etc. finalement la gauche était incapable de se rassembler. Et c'est presqu'un cri du cœur plus qu'une réflexion ce qu'il dit à ce moment-là.

 

La suite lui donnera raison puisque le "meilleur attaché de presse" du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme selon Gaspard Gantzer, soit Manuel Valls, se présentera à la primaire de La Belle alliance populaire. Et se fera battre, sans discussion, par Benoît Hamon, figure de proue des frondeurs. 

 

 

À LIRE SUR LE LAB

Pourquoi il est quasiment impossible pour Gaspard Gantzer de (bien) conseiller François Hollande

Du rab sur le Lab

PlusPlus