Le CV de la candidate d'Alain Juppé aux régionales, Virgine Calmels, ancienne productrice de téléréalité, pose problème ... à l'UMP

Publié à 19h39, le 16 avril 2015 , Modifié à 06h23, le 17 avril 2015

Le CV de la candidate d'Alain Juppé aux régionales, Virgine Calmels, ancienne productrice de téléréalité, pose problème ... à l'UMP
© STEPHANE DE SAKUTIN / MEHDI FEDOUACH / LIONEL BONAVENTURE / AFP

Les investitures de l'UMP pour les élections régionales de décembre ne se font pas toujours simplement. Si Nicolas Sarkozy a missionné Christian Estrosi pour PACA, le choix d'Alain Juppé de pousser son adjointe Virginie Calmels - choix validé par Nicolas Sarkozy selon L'Express.fr (article payant) - ne passe pas. Pour deux raisons : la méthode et le CV. Et la réunion ce jeudi 16 avril de la commission nationale d'investiture ne s'est pas déroulée comme prévu dans le scénario. Le vote a été repoussé. 

Pour Henri Guaino, le profil de Virginie Calmels n'est pas le bon. Mais vraiment pas. Contacté par Le Lab, il déclare : 

"

J'imagine une campagne contre elle dans les cantons ruraux. C'est donner un argument à nos adversaires  : "c'est elle qui a invité Loana dans la piscine"  

"

Une référence à Loana Petrucianni, candidate et gagnante en 2001 de Loft Story. Que vient faire Loana dans une réunion UMP ? C'est une allusion au passé professionnel de  Virginie Calmels. Très pointue en com', celle qui doit mèner la liste UMP dans la grande région Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin a un passé. La jeune femme a eu une carrière dans le privé avant d'opter pour la politique. Elle a notamment dirigé la société de production télévisuelle Endemol, société à l'origine de l'arrivée de la téléréalité en France avec Loft Story. Une femme qui pesait dans le "PAF" (Paysage Audiovisuel Français).

Mais ce que l'entourage d'Alain Juppé à l'époque des présentations mettait en avant, c'est son expérience de l'entreprise. Gilles Boyer, en janvier 2014, expliquait au Lab  "Ce qui prime, c'est le côté chef d'entreprise. Avant Endemol, elle a été chez Canal Plus. C'est quelqu'un qui a réussi dans l'entreprise, à très haut niveau, et qui a choisi de s'engager".

 

Pour Henri Guaino, ce n'est pas suffisant. Il développe son propos insistant sur le fait que Bordeaux et la région sont deux choses bien différentes. Il analyse :

"

On choisit un candidat qui n'a pas d'expérience politique, pas de notoriété, adjoint au maire de Bordeaux, du milieu de la téléréalité... ce ne sont pas les meilleurs atouts

 

"

Parmi les personnalités présentes, d'autres se sont également agacées de la méthode. Notamment Michèle Alliot Marie. Il faut dire que c'est un peu sa région à elle aussi. Et un participant de raconter comment cette candidature a été présentée comme déjà acquise. Tellement qu'Alain Juppé n'était pas présent (contrairement à d'autres ténors comme Jean-Claude Gaudin  pour PACA). De quoi irriter certains participants :  

 

"

Il (Juppé) n'était même pas là pour défendre son choix, c'est pourtant la moindre des choses 

"

Alors quand l'ancien président de l'UMP Jean-François Copé a fait remarquer que la candidate ne disposait même pas de sa carte d'adhérente à l'UMP. Christian Estrosi a décidé de suspendre le vote prévu à bulletins secrets. Ce sera pour après les vacances. "Si on avait voté, elle aurait été battue et largement" selon un élu UMP. Pour l'investiture de Virginie Calmels taper 1, contre taper 2. Réponse dans 3 semaines.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus