Le député PS Malek Boutih accuse Jamel Debbouze de "sabrer l'identité républicaine" après ses propos sur Karim Benzema et Hatem Ben Arfa

Publié à 12h39, le 01 juin 2016 , Modifié à 15h00, le 01 juin 2016

Le député PS Malek Boutih accuse Jamel Debbouze de "sabrer l'identité républicaine" après ses propos sur Karim Benzema et Hatem Ben Arfa
Malek Boutih © AFP

#FOOTPOLITIQUE - On ne se prononcera pas sur le reste mais, sincèrement, du côté de l'équipe de France, ça ne va pas mieux. Entre les blessures successives de Raphaël Varane, Jérémy Mathieu et Lassana Diarra, la non-sélection d'Hatem Ben Arfa, la prestation d'Adil Rami contre le Cameroun lundi et les polémiques initiées par Éric Cantona et Karim Benzema, l'ambiance autour des bleus est un tantinet tendue à 10 jours du début de l'Euro en France. Et, sans doute parce que ça ne suffisait pas, Jamel Debbouze a décidé de s'inviter au bal des polémistes pour suggérer, lundi 30 mai dans France Football, que Karim Benzema et Hatem Ben Arfa payaient "la situation sociale" de la France en n'étant pas retenus au sein des Bleus. Résultat : l'acteur se désole de "n'avoir aucun de 'ses' représentants en équipe de France"…

Voilà qui a de quoi sérieusement énerver Malek Boutih. Le député PS de l'Essonne, ancien président de SOS Racisme, s'en prend ouvertement à Jamel Debbouze ce mercredi 1er juin dans Le Parisien. Il assimile les propos de l'humoriste à "du poison" car, selon lui, cela va conforter ceux qu'ils désignent comme "les gens" à se dire que les personnes d'origine maghrébine "sont toujours dans la parano, la revendication". "Jamel Debbouze nourrit ces préjugés", assène l'élu PS.

Il ajoute :

"

Cette sortie irresponsable risque de ruiner le travail des éducateurs, des associations, des parents, de tous ceux qui essaient de renforcer la cohésion nationale. La paranoïa, les théories du complot, tout cela existe. Ajouter de la tension par ces insinuations, c'est du poison. […] Il a oublié que la réussite entraîne une responsabilité, un devoir d'exemplarité. La France a besoin d'être aidée par des gens comme lui. Lui n'a fait que sabrer l'identité républicaine au profit des identités ethniques qui cherchent à s'imposer.  

 

"

Selon Malek Boutih, donc, Jamel Debbouze fait le jeu du communautarisme en estimant que la non-sélection de Karim Benzema et Hatem Ben Arfa est plus le résultat d'un racisme latent que d'une mise en examen pour le premier, d'une concurrence sportive pour le second.

Il rejoint en cela Brice Hortefeux. Sur Europe 1 mardi, l'ancien ministre de l'Intérieur avait lui aussi considéré que les mots de Jamel Debbouze étaient "l’exemple même du communautarisme".

Du rab sur le Lab

PlusPlus