Le directeur de campagne de François Fillon conseille aux sarkozystes mécontents du projet présidentiel de "se soigner"

Publié à 19h53, le 13 janvier 2017 , Modifié à 19h53, le 13 janvier 2017

Le directeur de campagne de François Fillon conseille aux sarkozystes mécontents du projet présidentiel de "se soigner"
Patrick Stefanini, François Fillon, Laurent Wauquiez et Christian Estrosi © Montage via AFP

Il y a eu Laurent Wauquiez qui, le 11 janvier sur RTL, expliquait qu'"un projet présidentiel ne peut pas être que 'du sang et des larmes'". Il y a encore eu Christian Estrosi qui, le même jour, et devant François Fillon, assurait en meeting à Nice que son camp "ne gagnera pas sans s’adresser aux millions de Français délaissés". Brice Hortefeux ou encore Valérie Debord ont également fait entendre leur petite musique et celle-ci s'accorde mal avec l'hymne filloniste. Cela commençait à faire beaucoup.

Ce vendredi 13 janvier, Patrick Stefanini a donc tenu à remettre les pendules à l'heure. Devant les journalistes, le directeur de campagne de François Fillon a déclaré, comme le rapporte Public Sénat :

Les aigreurs d’estomac, il nous arrive tous d’en avoir. Mais il y a des comprimés pour ça, si j’ose dire, et ça finit par se soigner.

 

Et Patrick Stefanini de dénoncer les "jérémiades assez ridicules et un peu à contre temps" de certains qui considéraient que les sarkozystes n'étaient pas très bien traités au sein de l'équipe Fillon.   

Sur le fond, en revanche, le directeur de campagne assure que, si c'est bien le projet de François Fillon qui sera défendu, le candidat fera de "la pédagogie" sur certains sujets.

"On a entendu ce qu'a dit Laurent Wauquiez. On a entendu ce qu'a dit Christian Estrosi. Pour tout vous dire, on y avait un peu pensé tout seul. Il y a des Français qui vivent dans des conditions difficiles. Il y a des Français qui sont salariés mais avec des salaires modestes. Quel est notre message en termes de pouvoir d'achat ? Quel est notre message en termes de petite retraite ? Tous ces points, nous avons commencé à y réfléchir et, le moment venu, François Fillon apportera des précisions et des précisions importantes les concernant", a-t-il promis, comme l'a relayé Europe 1. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus