Le discret scud de Juppé à Baroin, qui soutiendrait Sarkozy uniquement pour "se venger" de lui

Publié à 20h19, le 27 juin 2016 , Modifié à 22h54, le 27 juin 2016

Le discret scud de Juppé à Baroin, qui soutiendrait Sarkozy uniquement pour "se venger" de lui
© Montage via captures d'écran BFMTV

Nicolas Sarkozy n’est pas redevenu président de la République. Il n’a pas gagné la primaire. Il n’est d’ailleurs même pas candidat au scrutin des 20 et 27 novembre. Mais le patron de LR a tenu à anticiper, juste au cas où : s’il est réélu en 2017, son Premier ministre sera François Baroin. Le sénateur-maire de Troyes a officialisé son soutien à l'ex-chef de l'Etat le 5 juin dernier : "Je m'engagerai pour Nicolas Sarkozy, mon choix est fait depuis longtemps."

Alain Juppé, lui, est bien candidat à la primaire de la droite. Mais, comme il l’explique ce 27 juin sur BFMTV, le maire de Bordeaux ne compte pas aller à la présidentielle avec un ticket de "Premier ministrable" :

"

Je présenterai d’abord l’organisation du gouvernement, les 14 ou 15 grands ministères, je préparerai des textes pour dire aux Français avant les élections : 'Voilà ce que je ferai tout de suite après si vous me faites confiance'. Pour le choix des personnes, le moment venu, on y pensera.

"

Avant d’ajouter ce scud discret, mais efficace, à François Baroin :

"

Mais je prendrai des gens qui seront animés par le désir de servir plus que par le désir de se venger.

"

A en croire Alain Juppé, François Baroin ne soutiendrait donc Nicolas Sarkozy que pour se venger de lui. "Être attaqué par des gens aigris qui ressassent des choses qui remontent à vingt ans, c'est plutôt sympathique pour moi. Cette haine recuite... c'est minable", a encore récemment confié le maire de Bordeaux. De son côté, François Baroin avait attaqué, le 5 juin dernier : "Si la question est de savoir si avec Alain Juppé, la confiance est réciproque, la réponse est non. [...] Il n'a pas confiance en moi, je n'ai pas confiance en lui."

Les deux fils spirituels de Jacques Chirac se détestent depuis qu’Alain Juppé a sorti François Baroin de son gouvernement en 1995. En 2011, le premier avait milité contre la nomination du second à Bercy en 2011 parce qu’il "n’avait pas la carrure". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus