Le paternalisme de François Hollande : "Je serai toujours à côté" d’Emmanuel Macron

Publié à 12h13, le 08 mai 2017 , Modifié à 12h15, le 08 mai 2017

Le paternalisme de François Hollande : "Je serai toujours à côté" d’Emmanuel Macron
François Hollande lors des cérémonies du 8-Mai. © Montage Le Lab via France 2

François Hollande l’avait pronostiqué : le prochain Président "sera Macron". Et donc un peu lui-même. "Emmanuel Macron, c'est moi", avait-il en effet confié dans le livre Un Président ne devrait pas dire ça…. C’est avec émotion que le chef de l’État a accueilli son successeur élu la veille, ce lundi 8 mai pour les cérémonies. L'entraînant dans son sillage, lui présentant les participants, lui posant la main sur la nuque, François Hollande a montré tout au long de cette cérémonie la bienveillance et l'affection qu'il portait à Emmanuel Macron"Cette année, je voulais qu’Emmanuel Macron puisse être là avec moi, à côté de moi, pour qu’une forme de flambeau puisse lui être passé puisque nous sommes aussi auprès de cette flamme", a expliqué François Hollande au micro de France 2.

Faisant preuve d’un certain paternalisme, le Président a rappelé que c’est lui qui avait fait entrer Emmanuel Macron en politique et qu’ils avaient construit ensemble son expérience :

"

Je ne veux pas capter Emmanuel Macron. C’est les Français qui l’ont choisi. C’est vrai qu’il m’a suivi tout au long de ces dernières années lorsque j’étais moi-même candidat puis ensuite quand je suis devenu Président, il a été ministre d’un gouvernement. Mais après, il s’est émancipé. Il a voulu présenter un projet aux Français, il a porté ce projet devant eux. Il a été élu. Il est le président de la République. C’est à lui maintenant, fort de l’expérience qu’il a pu acquérir auprès de moi, fort de ce que nous avons fait ensemble, de continuer, comme je l’ai dit, sa marche.

"

Si François Hollande avait confié, après la démission d’Emmanuel Macron de Bercy, qu’il l’avait "trahi avec méthode", le temps a visiblement arrangé les choses. François Hollande conseillait même son poulain par SMS pendant cette campagne. Aujourd’hui, celui qui reste chef de l’État jusqu’à dimanche prochain ne considère plus que son successeur l’a trahi :

 

"

Non, il a fait ce qu’il pensait devoir faire. Il l’a fait à mes côtés puis ensuite il l’a fait seul et maintenant avec les Français. Je lui adresse tous mes vœux de réussite.

"

Enfin, François Hollande s’est dit à la disposition d’Emmanuel Macron et assuré qu’il serait "toujours à côté" de lui :

"

Il sait que s’il a besoin de quelque information, conseil ou expérience, il s’adressera à moi librement. Il sera toujours le bienvenu, je serai toujours à côté de lui.

"

"J’avais beaucoup d’émotion aussi, disons-le très franchement, très sincèrement, de donner à Emmanuel Macron la marche à suivre", a conclu François Hollande dans une rare confession face caméra.

Du rab sur le Lab

PlusPlus