Le président du Sénat Gérard Larcher demande la transparence des réserves ministérielles

Publié à 07h47, le 08 juin 2017 , Modifié à 07h47, le 08 juin 2017

Le président du Sénat Gérard Larcher demande la transparence des réserves ministérielles
Gérard Larcher. © AFP

Dans leur projet de loi de moralisation de la vie publique, oups, pardon, "pour la confiance dans notre vie démocratique" puisque c'est son nouveau petit nom, Emmanuel Macron, François Bayrou et le gouvernement ont proposé, entre autres mesures, de supprimer tout bonnement la réserve parlementaire. Et ce dans un but de trans-pa-ren-ce.

"On propose de supprimer la réserve parlementaire pour éviter tout clientélisme paraît-il. Très bien !", juge Gérard Larcher sur ce point, dans une interview au Parisien de ce jeudi 8 juin dans laquelle il plaide pour la transparence tout en espérant que "ça n’ira pas trop loin non plus" pour ne pas tomber dans "l’inquisition".

Mais le président (LR) du Sénat estime néanmoins que le gouvernement d’Edouard Philippe ne va pas assez loin en la matière. Et qu’il y a eu des *oublis* dans ce projet "pour la confiance dans notre vie démocratique". Notamment sur un point. Ainsi demande-t-il également la transparence des réserves ministérielles :

"

Je demande alors que les réserves ministérielles soient également transparentes. Celle du ministère de l’Intérieur est dotée de 26 millions d’euros dont on ne connaît pas la destination.

"

En effet, Challenges notait en 2015 que "le ministère de l’Intérieur peut distribuer à sa guise des millions d’euros de subventions sans aucun contrôle". "Et l’attribution des fonds est particulièrement partisane", ajoutait le magazine alors que Le Monde s’attardait dès 2013 sur cette réserve ministérielle, "27 millions d’euros distribués en toute opacité".

Du rab sur le Lab

PlusPlus