Thierry Mandon pronostique la victoire de François Bayrou à la présidentielle (et la défaite de François Hollande)

Publié à 16h37, le 07 juillet 2016 , Modifié à 16h44, le 07 juillet 2016

Thierry Mandon pronostique la victoire de François Bayrou à la présidentielle (et la défaite de François Hollande)
Thierry Mandon © AFP

PRONO- Pour François Hollande, les sondages se suivent et se ressemblent. Depuis des mois, toutes les enquêtes d’opinion le donnent éliminé au premier tour de la présidentielle de 2017, au profit de Marine Le Pen et du candidat de la droite. Malgré le début d’embellie économique, malgré la primaire de la "Belle Alliance Populaire", malgré l’Euro 2016.

Ce gadin annoncé a pour effet de décourager certains membres du gouvernement. Le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur Thierry Mandon, par exemple. Ce jeudi 7 juillet, le membre de gouvernement explique à Paris Match qu’il voit le président de la République perdre en 2017. Comme ça, tranquillement, sans prendre de pincettes.

Mais ce n’est pas tout. Pour lui, le vainqueur est déjà tout trouvé. Son nom ? François Bayrou. Celui-là même qui a annoncé de longue date ne pas se présenter à l’élection présidentielle en cas de victoire d’Alain Juppé à la primaire de la droite. Mais pour Thierry Mandon, le candidat de Les Républicains (LR) s’appellera plutôt Nicolas Sarkozy :

 

En 2017, ce sera le tour de Bayrou. Il sera devant nous et devant Sarkozy.

Le pronostic du secrétaire d’État est plutôt osé, si l’on se réfère aux enquêtes d’opinion. Pour deux raisons. Premièrement, l’ex-président de la République est actuellement donné perdant à la primaire de la droite, battu de près de 20 points par Alain Juppé. Deuxièmement, dans le cas où Nicolas Sarkozy serait bien le candidat de la droite, les sondages estiment qu’il aurait toutes les chances de se retrouver devant François Bayrou, au soir du premier tour.

Mais Thierry Mandon n’en a cure, il a son idée sur la question. Pour lui, François Bayrou va tout simplement bénéficier du rejet dont pâtiront François Hollande et Nicolas Sarkozy :

 

Il va récupérer tous les mecs qui ne voudront ni de Hollande ni de Sarkozy.

Ce scénario rappellerait un peu l’élection présidentielle de 2007. Cette année-là, François Bayrou avait commencé sa campagne à 9% dans les sondages, avant de monter, monter, pour finir à 18,6% a soir du premier tour, le 22 avril 2007. Le candidat de l’UDF (à l’époque) avait notamment bénéficié des réticences d’une partie de l’électorat de gauche à l’égard de Ségolène Royal.

Le pronostic de Thierry Mandon a le mérite de la franchise. Il a pour effet collatéral de faire apparaître François Hollande en position d'extrême faiblesse. Une prédiction à suivre de très près, quand on connaît les talents d'anticipation du secrétaire d'État. Dès novembre 2014, il avait plaidé pour une primaire de la gauche pour 2017. C'est aujourd'hui chose faite. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus