Le silence d’Emmanuel Macron sur le Venezuela est "assez problématique", juge Stéphane Le Foll

Publié à 08h39, le 02 août 2017 , Modifié à 08h41, le 02 août 2017

Le silence d’Emmanuel Macron sur le Venezuela est "assez problématique", juge Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll. © Capture d'écran RTL

Manuel Valls a été l’un des premiers élus à s’émouvoir du chaos au Venezuela, qui connaît une nouvelle vague de violences depuis dimanche 30 juillet. Nicolas "Maduro cherche à imposer une dictature", s’est inquiété l’ancien Premier ministre devenu député apparenté La République en marche. À l’inverse, la diplomatie française est restée pour le moment extrêmement discrète dans cette crise.

Un silence que Stéphane Le Foll juge "assez problématique". Sur RTL ce mercredi 2 août, l’ancien ministre de l’Agriculture et député de la Sarthe presse Emmanuel Macron de s’exprimer :

"

C’est un silence qui est assez problématique. [...] La France doit s’exprimer sur ce sujet. On ne peut pas laisser une situation d’un grand pays comme le Venezuela, avec l’histoire qui est la sienne, tomber dans le chaos et potentiellement [...] dans une forme de sortie de la démocratie qui nous emmène au fur et à mesure vers le bâillonnement de l’opposition. C’est pas possible.

"

Mardi tôt, des agents des services de renseignements du Venezuela, le Sebin, ont arrêté deux des principaux opposants, Leopoldo Lopez et Antonio Ledezma, qui étaient tous deux assignés à domicile.

L'Union européenne a condamné ces arrestations, estimant qu'il s'agissait d'un "pas dans la mauvaise direction" et réitérant son appel à une "désescalade des tensions".

Lundi, les États-Unis ont imposé des sanctions juridiques et financières sans précédent contre le président vénézuélien qualifié de "dictateur", en réponse à l'élection dans le sang dimanche d'une Assemblée constituante. "Je n'obéis pas aux ordres impérialistes, je n'obéis pas aux gouvernements étrangers, je suis un président libre", a rejeté Nicolas Maduro lundi soir.

Du rab sur le Lab

PlusPlus