Le soutien selon Karoutchi : Copé 2012, Fillon 2017

Publié à 19h51, le 03 juillet 2012 , Modifié à 06h52, le 04 juillet 2012

Le soutien selon Karoutchi : Copé 2012, Fillon 2017
Roger Karoutchi avec Jean-François Copé et François Fillon. (Montage de deux photos MaxPPP)

LES DEUX - L'ancien ministre Roger Karoutchi a indiqué mardi 3 juillet dans les colonnes du Figaro que "le choix pour 2012 n'était pas celui de 2017".

Le sénateur des Hauts-de-Seine soutient donc Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP en 2012...et François Fillon pour la présidence de la République en 2017.

  1. "J'ai dit à François Fillon [...] que le choix pour 2012 n'était pas celui de 2017."

    Sur lefigaro.fr

    Dans une interview accordée au Figaro, le sénateur UMP des Hauts-de-Seine indique que son choix assumé de voir Jean-François Copé devenir président de l'UMP en novembre est différent d'un positionnement pour la désignation du candidat UMP à la présidentielle de 2017.

    "

    Je souhaite que Jean-François Copé soit candidat. Cela pourra surprendre, par rapport à François Fillon, compte tenu de mon ancienne proximité commune avec lui et Philippe Séguin: «Comment? Toi qui as tant partagé avec Séguin, tu es avec Copé et pas avec Fillon?»

    J'ai dit à François Fillon, qui a bien des qualités d'homme d'État, que le choix pour 2012 n'était pas celui de 2017.

    En novembre, nous élirons le président de l'UMP, qui doit être celui qui sera le mieux armé pour organiser la famille, pour structurer et conduire l'opposition à la gauche. Depuis vingt mois, Copé a prouvé qu'il maîtrisait parfaitement cette tâche difficile et parfois un peu ingrate.

    "

    L'ancien ministre Roger Karoutchi, longtemps proche de Philippe Seguin, a annoncé lundi, jour anniversaire de l'Appel du 18 juin 1940, la création de son mouvement au sein de l'UMP, baptisé "Rassemblement gaulliste".

    Quand au retour éventuel de Nicolas Sarkozy, souhaité mardi matin par Christian Estrosi dans les colonnes de Nice Matin; Roger Karoutchi souhaite lui aussi laisser la porte ouverte : 

    "

    Pour le moment, respectons sa volonté de prendre du champ.

    "

Du rab sur le Lab

PlusPlus