Législatives : Myriam El Khomri revendique le soutien d'Emmanuel Macron, son adversaire Pierre-Yves Bournazel celui d'Edouard Philippe

Publié à 20h16, le 12 juin 2017 , Modifié à 20h27, le 12 juin 2017

Législatives : Myriam El Khomri revendique le soutien d'Emmanuel Macron, son adversaire Pierre-Yves Bournazel celui d'Edouard Philippe
© Montage via AFP

Ne nous mentons pas : dans la 18e circonscription de Paris, la situation est un petit peu compliquée. Les deux finalistes sont l'élu LR Pierre-Yves Bournazel et l'ancienne ministre du Travail et élue PS Myriam El Khomri. Jusqu'ici, rien de bien perturbant. Sauf que ces deux-là se revendiquent tous les deux de la majorité présidentielle sans pour autant être investis par La République en marche.

Voilà qui est déjà confondant. Mais ce n'est pas fini.

Ce lundi 12 juin, au lendemain du premier tour des élections législatives, Myriam El Khomri annonce avoir reçu le soutien d'Emmanuel Macron pour le second tour. L'ancienne ministre annonce sur Twitter :

"

Merci au président de la République Emmanuel Macron de m'avoir confirmé sa confiance en m'apportant son soutien officiel pour ce second tour.

 

"

Emmanuel Macron soutiendrait donc un candidat pour le second tour des législatives. Problème : son Premier ministre Edouard Philippe en soutient apparemment un autre. Car avant même le premier tour, Pierre-Yves Bournazel avait médiatisé un message du chef du gouvernement. Dans une vidéo diffusée sur Twitter le 7 juin, Edouard Philippe disait tout le bien qu'il pensait de l'élu LR :

"

Je connais bien Pierre-Yves. L'avoir au Parlement, ce serait un atout pour le 18e arrondissement mais aussi un atout pour l'ensemble de la représentation nationale et pour le pays. Alors les 11 et 18 juin, à vous qui êtes électeurs du 18e arrondissement, je dis 'faites le bon choix, ne vous trompez pas et portez à l'Assemblée nationale un excellent député, Pierre-Yves Bournazel.

 

"

À voir ci-dessous en vidéo :

Si le soutien d'Emmanuel Macron est confirmé, il s'agit en tout cas d'une première vraie dissension entre le président de la République et son Premier ministre. Mais au moins est-on sûr que la moitié de la tête de l'exécutif sera heureuse, au soir du second tour des législatives.

Les électeurs, en revanche, sont certainement un tout petit peu plus paumés. 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB

>> Législatives : Myriam El Khomri appelle à "battre" Pierre-Yves Bournazel, au profit duquel elle envisageait de se retirer

Du rab sur le Lab

PlusPlus