L'élu EELV Yves Contassot accuse Emmanuelle Cosse d'avoir voulu étouffer les accusations lancées contre son époux Denis Baupin

Publié à 11h46, le 09 mai 2016 , Modifié à 09h04, le 10 mai 2016

L'élu EELV Yves Contassot accuse Emmanuelle Cosse d'avoir voulu étouffer les accusations lancées contre son époux Denis Baupin
Emmanuelle Cosse et Denis Baupin © LOIC VENANCE / AFP

Quelques heures à peine après les révélations de FranceInter et Mediapart concernant le député écolo de Paris Denis Baupin, certaines langues se délient. Sur RMC, ce lundi 9 mai, l'ancien collègue d'Europe-Écologie-Les Verts Yves Contassot reconnaît ainsi que le vice-président de l'Assemblée nationale, a eu parfois "un comportement lourdingue". C'est en tout cas ce qu'il ressort de certains bruits entendus par le passé.

 

J'étais au courant que Denis [Baupin] avait un comportement disons un peu lourdingue avec les femmes, pas toujours de bonne facture. Je n'avais pas idée qu'il allait aussi loin.

Pourquoi cette affaire n'a-t-elle pas éclaté plus tôt ? Sur BFMTV lundi, Noël Mamère a évoqué l'omerta sur ce sujet par le fait qu’EELV est "un petit parti". Le conseiller EELV de Paris Yves Contassot va plus loin, accusant Emmanuelle Cosse, la femme de Denis Baupin, d'avoir voulu étouffer les accusations. Il raconte :

 

Quand il y a eu des allusions à ça, assez récemment lors d'un conseil fédéral, à la surprise générale, la personne qui est montée à la tribune pour demander qu'on arrête de discuter de ça, c'est sa compagne, c'est Emma Cosse qui a dit : 'stop, j'ai interdit qu'on poursuive ce débat. On réglera ça ailleurs et dans d'autres conditions'. Et là je dois dire qu'il y a eu une sorte de stupéfaction parce que même si le nom de Denis [Baupin] n'était pas évoqué, tout le monde se disait 'c'est possible qu'il soit implicitement dans les cas qui étaient évoqués' (sic). On parlait de harcèlement, de viols, etc.

Yves Contassot porte donc des accusations directes contre l'ancienne secrétaire nationale d'Europe-Écologie, tout en expliquant qu'il est toujours "très compliqué dans un couple de savoir ce que l'un et l'autre fait du comportement de son compagnon". Il raconte néanmoins que lui-même savait que Denis Baupin "avait eu pas mal d'aventures avec des femmes", des aventures consenties, précise-t-il. Mais il reconnaît n'avoir jamais eu de témoignages directs sur des éventuels actes commis par Denis Baupin. Il ajoute :

Il avait la réputation d'avoir la main un peu leste de temps en temps ou des paroles un peu déplacées.

 

Yves Contassot en vient à parler d'une "forme de culture très libertaire" chez les écolos qui veut que, "par principe, on n'admet pas tous les comportements mais en tout cas beaucoup d'attitudes qui ne sont pas dans la norme entre guillemets". Survient alors un lien que l'on n'attendait pas forcément :

 

On a quand même été les premiers à mettre des candidats transgenres en tête de liste pour nos élections. On a une forme de provocation vis-à-vis de la société qui parfois évite qu'on se pose un certain nombre de questions sur 'est-ce que ça c'est de la provoc' ? Est-ce que ça c'est acceptable ?'. Je crois qu'à un moment, il faut qu'on dise : 'non'. Il y a quand même un certain nombre de choses qui ne peuvent pas être tolérées dans un parti politique et a fortiori chez nous.

Peu après, Yves Contassot précise qu'il ne met "surtout pas sur le même plan" les deux sujets.

L'élu de Paris est un opposant à Emmanuelle Cosse. En février dernier, après l'entrée au gouvernement de l'ancien secrétaire nationale d'EELV, Yves Contassot s'était indigné du choix de la ministre de rester conseillère régionale. "Aucune pudeur ! L’appât du gain et c’est tout. Écœurant. Elle alimente le discrédit des politiques", avait-il écrit sur twitter. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus