Les députés frondeurs échouent encore, à deux voix près, à déposer une motion de censure contre le gouvernement

Publié à 15h20, le 06 juillet 2016 , Modifié à 16h06, le 06 juillet 2016

Les députés frondeurs échouent encore, à deux voix près, à déposer une motion de censure contre le gouvernement
© AFP

Et encore un échec à deux voix près. Ce 6 juillet, les députés PCF, écologistes et PS contestataires n’ont pas pu déposer de motion de censure après le 49.3 annoncé la veille par Manuel Valls, comme l'a annoncé au Lab le député PS frondeur Christian Paul :

Une nouvelle fois, nous nous sommes battus jusqu'au bout contre le cynisme, les pressions... et la loi Travail. 56 député(e)s de toute la gauche ont accompagné cette démarche. Ils continuent ensemble.

Selon les informations du Lab, plusieurs députés frondeurs auraient renoncé à la signer cette fois-ci, car ils s’exposaient à des sanctions du PS, à quelques mois d'une primaire et des législatives. De toute façon, la possibilité que cette motion soit votée était nulle : la droite n’aurait pas soutenu "une motion des casseurs" dans les manifestations, selon la formule du chef de file des députés LR, Christian Jacob.

Manuel Valls en a, en tout cas, tiré les conséquences. "Je continuerai à gouverner avec cette majorité relative", a-t-il déclaré lors de la séance des questions au gouvernement, répondant à Christian Jacob qui l'interrogeait sur sa capacité à gouverner.

Le patron des députés PS, Bruno Le Roux, a préféré ironiser :

Cette fois-ci, la droite a choisi de ne pas déposer de motion de censure malgré l’usage d’un deuxième 49.3, après un passage du texte au Sénat. "Christian Jacob oblige le PS à assumer son théâtre d'ombres", avait indiqué sur Twitter Valérie Debord, porte-parole de LR. Une tactique bien analysée par le député PS légitimiste Dominique Lefebvre : "Eux, au moins, ils ne sont pas cons, ils ne sont pas comme les frondeurs." 

Le 11 mai dernier, les députés frondeurs avaient aussi échoué, à deux voix près, à déposer une motion de censure contre le gouvernement. Le gouvernement avait alors eu recours une première fois au 49.3 pour faire passer le texte porté par Myriam El Khomri, mais après plusieurs jours de débat, contrairement à ce deuxième passage. 

La droite avait bien déposé une motion de censure, mais les députés n’avaient pas recueilli les 289 voix nécessaires pour la faire adopter.

[EDIT 15h35] ajout réactions Manuel Valls et Bruno Le Roux

Du rab sur le Lab

PlusPlus