Les Femen seins nus dans Notre-Dame, le gouvernement s'agace

Publié à 19h20, le 12 février 2013 , Modifié à 12h15, le 13 février 2013

Les Femen seins nus dans Notre-Dame, le gouvernement s'agace
(Reuters)

Manuel Valls se dit "consterné". Le ministre de l'Intérieur a condamné la mise en scène des Femen qui se sont exhibées seins nus dans la matinée dans la nef de la cathédrale Notre-Dame.

Dans un communiqué, Manuel Valls fait "part de sa consternation face aux agissements des neuf membres du groupe Femen qui se sont introduites, aujourd'hui, torse nu, dans la Cathédrale Notre-Dame de Paris".

Plus encore, il "condamne cette provocation inutile et témoigne de son soutien aux catholiques de France qui ont pu être offensés par ce geste grossier."

"Une provocation qui peut paraître assez inutile", a renchéri la ministre du Droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, mercredi 13 février, expliquant que la France n'est pas un pays où les libertés publiques sont dans un état de danger tel, que de telles actions seraient nécessaires.

"Une provocation stupide". C'est ainsi que le député socialiste Carlos Da Silva qualifie la médiatique action des Femen.

"Crise de foi" et "Pope no more" peints sur le corps, les membres des Femens ont crié dans la nef de la cathédrale pour la fin de la papauté. 

Une méthode qui n'est pas du goût de ce proche de Manuel Valls, élu de Corbeil-Essonnes, qui l'exprime sur Twitter

Je condamne la provocation stupide des #FEMEN. La laïcité suppose le respect et l'ouverture, pas l'injure.

— Carlos DA SILVA (@DaSilvaCarlos91) 12 février 2013

Les sénateurs de Paris Yves Pozzo di Borgo (UDI) et Pierre Charon (UMP) ont aussi fait part de leur indignation, dénonçant  la "provocation" des féministes et jugeant "incompréhensible" qu'elles ne "soient pas empêchées d'agir".

Les Femen sont connues depuis 2010 pour leurs actions "topless" en Russie, en Ukraine, à Londres ou encore récemment sur la place Saint-Pierre à Rome pendant que le pape récitait l'Angelus.

Certains croyants français ont distribué des gifles aux féministes qui ont fait sonner les nouvelles cloches de la cathédrale qui attendent dans la nef de trouver leur place dans les tours du célèbre monument parisien.

Mise à jour, 22h50 : propos de Manuel Valls. 

Mise à jour 12h08 : propos de NVB

Du rab sur le Lab

PlusPlus