Les petits commentaires post-régionales de Valls sur Bertrand et Sarkozy

Publié à 11h33, le 23 décembre 2015 , Modifié à 11h33, le 23 décembre 2015

Les petits commentaires post-régionales de Valls sur Bertrand et Sarkozy
© Montage Le Lab via AFP

Désaccord sur le Ni-Ni, refus d'"envoyer la rhubarbe" : la droite s'est déchirée pendant l'entre-deux tours des régionales. Et s'il y en a un qui savoure, c'est Manuel Valls.

Dans son édition du 23 décembre, Le Canard Enchaîné rapporte des propos post-régionales tenus par le Premier ministre au sujet des ténors de LR, lors d'un déjeuner avec ses amis le 15 décembre.

# Valls et Bertrand ensemble contre Aubry

Dans trois régions (Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine et Paca), le gouvernement avait appelé à voter pour le candidat de la droite afin de faire barrage au FN. Xavier Bertrand, en particulier, a toutes les sympathies de Manuel Valls qui salue sans ambages sa campagne contre la candidate frontiste Marine Le Pen :

 

"

Il s'est très bien débrouillé. Il a même fait un sans-faute !

"

Un bémol cependant à l'élection de Xavier Bertrand dans cette nouvelle grande région du nord de la France. Une amertume concernant le très faible score au premier tour du candidat PS Pierre de Saintignon ? Que nenni, Valls, trop engagé dans la guerre contre le FN, n'y pense même plus. Non, le seul bémol, voyez-vous, c'est que Xavier Bertrand va devoir travailler avec la maire PS de Lille Martine Aubry. Et là, le Premier ministre, qui entretient des relations houleuses avec elle, compatit carrément :

 

"

Maintenant, le pauvre, il va devoir se coltiner Martine Aubry. Ca, c'est plus dur...

"

Ca avait d'ailleurs mal démarré. Martine Aubry avait été *profondément choquée* que Xavier Bertrand ne daigne même pas appeler Pierre de Saintignon après son retrait. Ce que le candidat LR avait démenti. Il a même rectifié le tir en proposant à la maire de Lille de se retrouver tous les deux mois dans le cadre d'une conférence régionale territoriale. Pourvu que ça dure...

# Sarkozy a une stratégie "illisible"

Autre déclaration du Premier ministre lors de ce fameux déjeuner du 15 décembre. Il rapporte que Xavier Bertrand "était furieux contre Sarkozy" entre les deux tours, et aurait dit que "Sarko sabotait la campagne d'Estrosi et la sienne". Forcément, Manuel Valls boit du petit lait et dézingue en règle la stratégie de l'ex-chef de l'Etat :

 

"

Cet entre-deux tours va laisser des traces pour Sarkozy. Beaucoup de gens lui en veulent. Il vire Morano, puis il vire NKM. C'est illisible ! Il perd des deux côtés !

"

C'est sûr que c'est complètement différent de la gauche qui, ne l'oublions pas, est arrivée "premier parti de France" (sic) au premier tour des régionales.

[BONUS TRACK] Bertrand a déssoûlé

Xavier Bertrand et Christian Estrosi qui ont dû séduire l'électorat de gauche - et y ont apparemment pris goût - lors de l'entre-deux tours, "sont atteints du syndorome de Stockholm" s'est moqué Nicolas Sarkozy.
Ce que Xavier "qu'ils se taisent" Bertrand n'a pas du tout apprécié. Il l'a donc dit clairement au président de LR :

 

"

Je ne crois pas être victime de ce syndrome, mais, à ta différence, je préfèrerais être l'otage de Manuel Valls plutôt que celui de Marine Le Pen.

"

Eh oui, il est comme ça maintenant Xavier Bertrand, il dit ce qu'il pense. Pas sûr que ça ait plu à Nicolas Sarkozy, déjà accusé par son ami et soutien Christian Estrosi de faire monter le FN.

Bilan des régionales : Manuel Valls a trouvé en Xavier Bertrand un nouveau BFF à droite. Espérons que Jean-Pierre Raffarin, qui veut lutter contre le chômage avec le gouvernement, ne soit pas trop jaloux.

Du rab sur le Lab

PlusPlus